Le déséquilibre dans la balance des paiements, dû essentiellement à la hausse importante du montant des importations et la baisse des revenus pétroliers, inquiète le gouvernement algérien, qui envisage de nouvelles mesures pour brider les importations. Un cadre du Ministère du commerce souligne que les importations, 60% en provenance de l’UE, sont passées de 25,7 milliards $ en 2007 à 39 milliards $ en 2008. Ces nouvelles mesures seraient introduites dans la loi de Finance complémentaire. Parmi ces mesures, on évoque une hausse de la taxe sur les véhicules.

(Les Afriques)