Amar Saadani poursuit ses diatribes. Le secrétaire général du FLN, qui a présidé mercredi une réunion du bureau politique de son parti, réclame toujours la chefferie de gouvernement pour le « parti majoritaire » lors des élections législatives.

« Nous n’avons pas pour vocation d’applaudir tout », a déclaré Amar Saadani devant les journalistes à l’ouverture des travaux du Bureau politique. Le secrétaire général du FLN indique également que son parti « peut s’opposer à certaines options » de l’État. Mais «cela n’est qu’une vérité », a-t-il encore ajouté invitant l’opposition à «se joindre à nous » pour « appliquer les points de convergence ». « Ce système doit disparaître », a-t-il ajouté, appelant de ses vœux l’avènement d’un État « de justice » où « la presse sera libre, les partis politiques de l’opposition seront protégés ».

« Ce que je dis n’a rien d’extraordinaire. Ce ne sont que des vérités », a-t-il dit. D’autre part, Amar Saadani a réclamé que le gouvernement soit dirigé par son parti. «Jusqu’à quand allons-nous continuer à gagner les élections et à s’asseoir, juste après, pour applaudir un gouvernement dont nous n’avons aucune responsabilité ? », s’est-il interrogé. Le secrétaire général du FLN a annoncé enfin des changements dans le Bureau politique de son parti. Deux membres ont été limogés, dont l’ancien ministre, Moussa Benhamadi.

Essaïd Wakli