Un groupe de jeunes a tenté de libérer un de leurs amis des mains de la police à l’hôpital Nouaouria  Abdellah d’Annaba, au moment où il passait une visite médicale avant sa mise en garde à vue. Munie d’armes blanches et de produits pyrotechniques, la bande a attaqué l’établissement de santé avant d’être repoussée par la police.    

Ce fut une scène digne d’un film sur la mafia. Une bande de jeunes munis d’armes blanches et de toutes sortes de produits pyrotechniques ont attaqué mardi l’hôpital Nouaouria  Abdellah, dans la commune d’El Bouni à Annaba.  Objectif : extirper des mains de la police l’un de leurs amis conduit à l’hôpital pour la visite médicale précédant sa mise en garde à vue pour des faits graves.

Âgé de 26 ans, le prévenu était recherché par la police depuis 2015 pour tentative de meurtre, attaque à main armée et agression avec intention de tuer. Pour échapper à la justice, ce dernier s’est réfugié depuis deux ans dans le bidonville de Bouzaroura dans la commune d’El Bouni, réputé pour être un haut lieu de criminalité.

Fort heureusement, les agents de police, présents en grand nombre, ont pu repousser l’attaque.

Le prévenu, qui avait déjà opposé une forte résistance lors de son arrestation, avait appelé ses amis à lui prêter main-forte en le libérant de force. Ce dernier n’a pu être immobilisé que par une décharge électrique de Taser.

M.M.

Article précédentVidéo. Après un séjour en prison/ Un blogueur algérien privé d’électricité
Article suivantVidéo. Baba Ali (Alger)/ Un pylône électrique planté en pleine chaussée