grève des enseignants

Algérie: Le Conseil national indépendant des enseignants «CNAPESTE» a annoncé la reprise de la grève, à partir des 25 et 26 janvier, dans un format renouvelé à raison de deux jours par semaine.

Le Conseil des enseignants a affirmé son adhésion absolue aux demandes formulées dans les conseils nationaux récemment organisés, appelant les bureaux de l’État à réussir la grève et à boycotter le versement de points dans les établissements d’enseignement.

CNAPESTE a souligné la nécessité de poursuivre la lutte et revendique la nécessité de saisir des postes financiers suffisants pour être promu dans les nouveaux grades, tout en imposant l’adoption du ratio pédagogique d’approbation des postes financiers pour la promotion dans les nouveaux grades.

La même autorité a insisté, dans le communiqué, pour améliorer le pouvoir d’achat et augmenter les bas salaires du professeur d’une manière qui lui garantisse le statut matériel, économique, social et moral prestigieux qui lui permet d’accomplir ses nobles tâches, en révisant les salaires minima, en valorisant le point d’inférence et en ouvrant le système de Compensation afin d’élargir le cercle des bourses et primes et d’augmenter leur valeur.

Les professeurs ont demandé d’ouvrir une discussion approfondie et sérieuse sur le projet d’amendement des lois relatives à la liberté d’exercer le travail syndical, le droit d’organisation et de protéger le représentant syndical, et d’impliquer les syndicats indépendants dans cette discussion.

Le même communiqué du conseil critiquait « les politiques économiques menées par la loi de finances 2022, qui impose l’adoption d’une politique de suppression des subventions et de restriction de la protection sociale, qui s’est traduite en parallèle par une hausse sans précédent des prix, notamment des prix des matériaux de grande consommation avec la politique de dégradation du dinar et le maintien du même niveau de salaire.