L’homme d’affaires algérien Isaad Rebrab continue de voir grand. Après avoir acquis des sociétés en France et en Italie, le patron du groupe Cevital, le premier groupé privé algérien, envisage d’investir désormais au Brésil.

«  »Notre directeur des affaires internationales est en ce moment sur place au Brésil. Nous envisageons de construire plusieurs ports au bord de l’Amazone pour assurer le transport du maïs des agriculteurs brésiliens et l’exporter, par la suite, dans le monde entier », a-t-il révélé en réponse à une question d’Algérie-Focus en marge de sa conférence de presse animée à l’occasion de la rencontre Fikra 2015 organisée à l’hôtel El-Aurassi à Alger.

« Nous voulons développer des infrastructures portuaires pour profiter de la forte croissance de l’activité de la transformation agroalimentaire brésilienne. Le transport du maïs brésilien coûte très cher car il est produit au centre du Brésil. La tonne de maïs coûte 80 dollars. Mais la logistique de son transport jusqu’aux ports revient à 150 dollars la tonne. Notre objectif est de proposer de la logistique aux agriculteurs brésiliens. Nous allons aussi leur proposer d’échanger des fertilisants en contrepartie de leur maïs », a indiqué le patron de Cevital qui semble déterminé à réussir son futur projet investissement au Brésil. Une nouvelle aventure qui commencera en 2015. Une aventure brésilienne à laquelle croit beaucoup Isaad Rebrab. L’homme d’affaires algérien assure enfin que ces investissements internationaux seront profitables à son pays natal l’Algérie qui doit garantir en urgence « sa sécurité alimentaire ».

Article précédentVidéo. Fatiha et Chemssou, l’histoire qui crée le buzz sur les réseaux sociaux
Article suivantVincenzo Nesci, le PDG de Djezzy: « offrir une 3 G sans contenu n’a pas de sens »