Finalement, les quelque 200 passagers qui devaient initialement prendre à partir d’Oran le ferry El Djazair II pour Alicante, les 18 et 19 juillet, n’ont peu être embarqués que le dimanche à minuit, alors que le départ était programmé à 22h à bord d’un autre ferry Ariande, rentré directement de Marseille. C’est ce que nous apprend une source de l’entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV).

Ce retard, faut-il le rappeler, a été dû à l’avarie qu’a subie El Djazaïr II lors de son accostage au port d’Alicante, le vendredi dernier, alors qu’il devait transporter sur Oran plus de 1.000 passagers sur la même desserte. C’est ce que nous apprend le directeur régional par intérim de l’entreprise nationale du transport maritime des voyageurs (ENTMV), précisant que ce ferry devait embarquer également les passagers qui devaient partir le même jour sur El Djazaïr 2 sur la même desserte. Selon notre source, ils étaient environ 200 passagers et une soixantaine de véhicules à être embarqués sur Ariande.

Quant à la prise en charge des voyageurs en provenance de wilayas de l’intérieur, le responsable a indiqué que tous ont été indemnisés à raison de 2.000 dinars la personne. Concernant El Djazair 2 qui a fait l’objet d’une avarie à son départ en raison de mauvaises conditions climatiques, notre interlocuteur dira que le bateau a fait demi-tour pour faire l’objet de réparation au port d’Alicante, une opération qui devait durer 48 h. Notons que les passagers ont exprimé leur colère suite à cette déconvenue en saccageant le ferry et il a nécessité l’intervention du consul algérien à Alicante pour entrevoir une meilleure prise en charge des voyageurs en attendant l’envoi en urgence d’un autre ferry qui devra les transporter sur Oran. Cette alternative a été mise en œuvre par les responsables centraux de la compagnie maritime. Dans un communiqué rendu public dimanche, la compagnie maritime a précisé que ces passagers, dont la majorité était résidente en France, ont été transportés sur Oran lundi matin.

Tout en signalant que les passagers ont été «totalement pris en charge» en attendant leur embarquement, l’ENTMV est revenu sur les incidents survenus au port d’Alicante durant les journées du 10 et 13 du mois en cours en mettant en cause «certains groupes de voyageurs provenant en majorité de France et habituellement transportés par un armateur espagnol n’activant plus sur la ligne d’Alicante». Le même communiqué précise que la «majeure partie des ces voyageurs, restés en attente, s’est présentée au port d’Alicante sans billets de réservation ou avec une modification de leurs dates de départ». Suite à ces débordements, le consul d’Algérie à Alicante, Mohamed Châabane, s’est rendu sur place pour donner des directives pour prendre en charge les passagers et a saisi la Direction générale de la compagnie maritime pour envoyer dans les meilleurs délais un autre ferry de remplacement pour assurer l’embarquement de tous les passagers.

Mounir A.Y.
Avec Le Financier

Avec Le Financier

Article précédentLa cause sahraouie à l'honneur au Théâtre national algérien
Article suivantTrans-saharian gas pipeline (TSGP) : L’Algérie, le Niger et le Nigeria se frottent les mains