Le tribunal criminel près la cour de Tipasa a rendu son verdict, mercredi, dans l’affaire de l’assassinat, à Mahelma, prés d’Alger, de la petite Chaïma Youcefi. La peine de mort a été prononcée contre Meliani Hamza, auteur du kidnapping, viol et homicide volontaire avec guet-apens et préméditation.

Cette sordide affaire a, en effet, connu son épilogue, hier, avec la prononciation de la peine capitale assortie d’une amende de deux millions de DA contre l’accusé Meliani Hamza auteur d’un crime d’une rare cruauté.

Des preuves scientifiques irréfutables, comprenant l’ADN de l’accusé, retrouvés sur les vêtements de la victime, ont permis d’incriminer Meliani Hamza malgré son entêtement à rejeter toutes les charges retenues contre lui.

Durant sa plaidoirie, le représentant du parquet, Abdelhakim Aissa, a requis la peine capitale contre l’accusé, soutenant que toutes les preuves scientifiques au même titre que les aveux de l’accusé s’accordent sur sa culpabilité.

Interrogé par le juge sur le motif de sa fuite durant les huit mois succédant à la disparition de la petite Chaïma et les raisons qui l’ont poussé à falsifier ses papiers d’identité, l’accusé a répondu avoir eu peur des représailles de la famille de la victime.

Rappelons que cette affaire remonte au mois de décembre 2012, date à laquelle les services de la gendarmerie nationale et de la protection civile ont découvert la dépouille de la victime au cimetière de Sidi Abdallah, à Mahelma. Après plusieurs mois d’enquête, Hamza Meliani a été interpellé par les services de sécurité auxquels il a avoué le kidnapping, viol et assassinat de la petite Chaïma, soulignant qu’il était sous l’emprise de drogues au moment du crime et qu’il y a été poussé par trois personnes qui voulaient se venger du père de la victime.

Massi M.