Le ministre des Travaux publics, Abdelkader Kadi, était l’invité lundi matin de la chaine III de la radio algérienne. Interrogé sur le coût réel de la construction de l’autoroute est-ouest, Mr Kadi est resté pour le moins évasif.

« 11 milliards, pas un centime de plus ? » interroge la journaliste de la chaine III, pressant le ministre des Travaux publics de révéler le véritable coût de l’autoroute est-ouest. « C’est le chiffre qui est annoncé », se défend le ministre. Selon Abdelkader Kadi, les 1 200 kilomètres de l’autoroute est-ouest n’ont pas coûté beaucoup plus de 11 milliards de dollars. Mais ce chiffre ne prend pas en compte l’ensemble des travaux, ce qu’explique ensuite le ministre. « Si maintenant on veut dire qu’elle a coûté un peu plus, oui, si on rajoute les pénétrantes […] si on rajoute les rocades qu’on est en train de réaliser, ça dépassera automatiquement », précise-t-il, refusant toutefois de donner le montant total.

Sur la question de la réalisation des tronçons laissés en souffrance, la réponse du ministre est tout aussi évasive. « Les entreprises sont en consultation, on va les désigner dans quelques jours ou quelques semaines », a indiqué le ministre. Mr Kadi a cependant précisé que ces entreprises vont terminer les 84 kilomètres de tronçons en souffrance (du côté d’Annaba) « dans des délais records » et « probablement avec un coût moindre que les propositions qu’on avait avec COJAAL ».

Revenant sur l’affaire COJAAL, Mr Kadi a souligné que la possibilité d’un arbitrage international n’était pas prévue dans le contrat liant le consortium japonais au gouvernement algérien. Si arbitrage il y a, il sera donc algérien. « C’est inscrit noir sur blanc sur le contrat », a assuré le ministre.

Mr Kadi a également annoncé que l’autoroute est-ouest sera équipée d’un système de pesage des poids lourds « avant la fin de l’année », et que le péage sera introduit « avant la fin de l’année 2015 ». « Tout est en cours. Des gares des péage sont en cours de réalisation, les centres d’entretien et d’exploitation, les aires de repos et les aires de service, tout ça est en cours de réalisation. La date butoir c’est la fin de l’année 2015 », a expliqué le ministre.

L’invité de la chaine III a, par ailleurs, été interrogé sur les projets futurs de son ministère, en particulier l’autoroute des Hauts Plateaux et l’autoroute nord-sud. Pour le premier, Mr Kadi a assuré que les travaux commenceront avant la fin de l’année. 620 kilomètres ont déjà été étudiés, et le gouvernement prépare actuellement les groupements d’entreprises. Quant à l’autoroute nord-sud, les travaux sont déjà en cours. « Le dédoublement jusqu’à Djelfa de la RN1, c’est déjà une autoroute, et même c’est la colonne vertébrale du territoire algérien, qui va jusqu’en Afrique », souligne Mr Kadi. « L’état d’avancée du projet est appréciable et les entreprises sont dessus », ajoute-t-il.

Comparant les travaux de l’autoroute est-ouest et ceux de l’autoroute des Hauts Plateaux, Mr Kadi a expliqué que son ministre avait appris de ses erreurs. « On est des bons élèves, on ne laisse pas les choses se répéter. Mais dans chaque projet, il y a des vices cachés, par manque d’étude approfondie, par manque des fois de compétences, et même de suivi », a-t-il déclaré à la chaine III.

« L’Algérie sera-t-elle dotée d’un réseau autoroutier très dense et bien entretenu d’ici 2019 ? » demande, en conclusion, la journaliste. « Inch’Allah », répond Abdelmalek Kadi.