Passeport algérien

La Loi de finances 2015 apportera bien des surprises. Si certaines dispositions sont « populaires », d’autres vont certainement décevoir. Le prix du passeport algérien passe ainsi de 2.000 da à 10.000 da.

Ainsi, selon des extraits publiés par le quotidien arabophone El-khabar, la Loi de finances 2015 va rétablir, en partie, le crédit à la consommation. Mais contrairement à ce qui se faisait, cette disposition sera réservée aux produits algériens dont une nomenclature va être établie dans les détails. En plus de cela, les montants des crédits seront certainement plafonnés à 700.000 DA.

Autre nouveauté pour cette Loi de Finances : l’abrogation, même partielle, de l’article 87-bis du code du Travail, qui porte sur la définition du salaire national minimum garanti, SNMG. Alors que le gouvernement avait promis des augmentations des salaires, la mouture de la loi de Finance 2015 aborde une redéfinition de l’article sans son abrogation. Autrement dit, le SNMG ne sera plus nécessairement le salaire de base. Le nombre de primes qui entrent dans son calcul vont diminuer. Mais elles ne vont pas disparaître. Ce qui va certainement soulever l’ire des syndicats et des travailleurs.

Le passeport algérien passe à 10.000 da

Autre nouveauté qui ne manquera pas de faire bouillonner le front social : l’augmentation, vertigineuse, de la taxe perçue sur l’établissement des passeports. Les Algériens vont devoir débourser 10.000 Da pour leur document de voyage au lieu de 2.000 DA actuellement. Par contre, les Algériens ne paieront aucun timbre pour se faire délivrer une carte nationale d’identité. Actuellement, ce document coûte 100 DA.

Enfin, une dernière nouvelle taxe connue concerne directement les fumeurs. Les paquets de cigarettes coûteront désormais 10 da plus cher qu’aujourd’hui.

Essaïd Wakli