af L’Algérie et la Malaisie ont donné leur accord de principe pour signer bientôt un accord dans le domaine de transport aérien. Les deux pays vont ouvrir leurs ciels respectifs. Les négociations pour la concrétisation de cet engagement sont très avancées. D’ailleurs, une délégation, composée d’experts malaisiens présidée par le secrétaire général du ministère des Transports de ce pays, Datuk Zakaria Bahari, a séjourné récemment en Algérie et a même rencontré le ministre des Transports, Amar Tou, avec lequel cette question a été longuement évoquée. Le ministère des Transports malaisien s’est empressé d’annoncer à travers l’agence de presse officielle de la Malaisie, Bernama, l’imminence de la signature de cet accord souhaité par les deux partenaires mais surtout pas la Malaisie qui espère ainsi séduire un grand nombre de touristes algériens, même si, il faut en convenir, les prix des billets d’avion et des séjours dans ce pays paradisiaque restent prohibitifs, n’étant pas à la portée de beaucoup d’Algériens. Selon la même source, les deux pays ont convenu de signer un mémorandum de compréhension pour autoriser leurs compagnies aériennes d’effectuer des vols cargo et de transport de passagers.

Booster les échanges

Les relations économiques entre l’Algérie et la Malaisie sont peu développées. Le volume des échanges commerciaux est insignifiant et le commun des Algériens ne connaît de ce pays que les meubles importés à des prix concurrentiels. Il y a, cependant, une volonté des deux pays d’aller au-delà de cette vision. L’Algérie souhaite diversifier ses partenaires en se tournant vers la zone où les échanges sont essentiellement en dollars afin de réduire le montant de ses importations et réduire sa dépendance de la zone euro pour ne plus souffrir de la disparité entre la monnaie unique européenne et le billet vert américain. Des pays comme la Malaisie sont tout indiqués pour réussir cette conversion qui permettra au pays d’économiser quelques devises et d’épargner à sa trésorerie un déficit budgétaire.

L’ambassadeur de la Malaisie a, dans ce sillage, annoncé dans les colonnes d’un confrère qu’une délégation d’hommes d’affaires malaisiens est d’ailleurs programmée pour le mois d’octobre prochain à Alger et sera très probablement présidée par le ministre du Commerce. «Beaucoup d’hommes d’affaires ont exprimé le souhait de connaître les potentialités économiques de l’Algérie et vont donc venir prospecter les possibilités de rendre palpable cet élan que nous voulons encourager pour la promotion des échanges», avait-il souligné en encourageant l’Algérie à ne pas s’intéresser uniquement au dragon chinois. Autre signe du rapprochement entre les deux pays, la Malaisie a participé, pour la première fois, à la dernière Foire internationale d’Alger. L’Algérie devrait, par ailleurs, s’inspirer de l’expérience malaisienne qui a réussi à devenir une destination privilégiée des investisseurs étrangers directs et à développer un tissu industriel assez étoffé. Selon les organisations internationales, ce pays comptait, il y a à peine quelques décennies, un taux de 50% de pauvres mais elle n’a guère actuellement que 5%. Un exemple à suivre.

Y.I.
Avec Le Financier

Article précédentAlgerie-Focus attaqué par des hackers
Article suivantL'Algérie souhaiterait relancer le tourisme