Qui l’eut crû qu’une construction d’un stade coûterait si cher ? C’est sans doute la question qui se pose pour le projet d’un stade d’une capacité de 10 000 places prévu à Bordj Menaiel. L’infrastructure qui n’est pas immense a récemment demandé un budget qui dépasse l’entendement…

Le directeur de la jeunesse et des sports (DJS) de la wilaya de Boumerdes, dont dépend la localité, a indiqué que les travaux devraient être achevés vers la fin de l’année 2014. Mais, ceci est conditionné, selon lui, avec l’affectation d’une rallonge budgétaire de 900 millions de dinars (90 milliards de centimes). Jusque là tout est normal. Sauf que le même responsable a tenu à signaler que le coût initial du projet est de 474 millions de dinars (47 milliards de centimes). Comment se fait-il que cette nouvelle budgétisation représente le double du budget initial ? A moins qu’il ne s’agisse d’une erreur de prononciation, il serait incompréhensible qu’un projet ait besoin d’une rallonge d’un montant supérieur de plus de deux fois à son coût initial. Le stade de Bordj Menaiel coûterait donc au total 1, 374 milliards de dinars, soit près de 10 millions d’euros ! La somme est conséquente, en effet si l’on compare à un autre stade d’une petite ville, on se rend compte que son coût est énorme.

Il faut dire que les chiffres relatifs à la construction de gros ouvrages provoquent souvent des polémiques. On s’en souvient, il y a quelques années, les autorités ont lancé les travaux de la construction d’un nouveau stade à Tizi Ouzou. Une infrastructure qui accueillerait près de 50 000 supporters. Le projet avait été estimé à un coût de 340 millions de dollars. C’est le consortium composé de ETRHB Haddad (Algérie) et FCC Construction (Espagne) qui est chargé de le construire. Sauf que, avec ce prix, d’autres nations ont réalisé des chefs d’œuvres. A titre d’exemple, la Chine a bâti le «nid d’oiseau», le stade qui a abrité les Jeux Olympiques de 2008, pour un coût de 350 millions de dollars. L’Algérie construira-t-elle à Tizi Ouzou un stade tout aussi formidable ? A moins que ce soit le cas, il s’agirait d’une «surestimation» comme cela se fait habituellement à différents niveaux en Algérie.

Elyas Nour

Article précédent70.000 esclaves en Algérie ? « Absurde » répond le ministère des Affaires Etrangères
Article suivantMalgré les scandales de corruption, le patron du groupe pétrolier ENI fait l’éloge de l’Algérie