l’un des premiers chefs d’État étrangers à avoir félicité Bouteflika pour sa réélection pour un troisième mandat à la tête du pays, et à l’avoir soutenu lors de la révision de la Constitution, le président français Nicolas Sarkozy recevra, vers la mi-juin son homologue algérien pour une visite d’Etat, qui, selon nos informations, n’abordera pas principalement des questions politiques, mais qui sera plutôt orientée économie.

Exit donc, les pourparlers sur le traité d’amitié franco-algérien, reléguées aux calendes grecques depuis le départ de Chirac, apprend-on,

Boutefilka va rencontrer le président français pour signer des contrats et pas du menu fretin.

Il y aurait d’abord la livraison de trois frégates FREMM (DCNS), qui permettra à la France d’avoir une longueur d’avance sur ses concurrents directs qui sont les anglais de BAE Systems et les allemands de Thyssenkrupp, décidés plus que jamais à décrocher des contrats avec l’Algérie dans ce secteur.

L’autre commande concernerait l’achat de huit Airbus.

Aussi, il serait question également d’un contrat d’installation d’une ligne TGV, semblable à celle dont s’est dotée le Maroc.

Enfin, malgré les discussions entamées il y a quelques mois entre l’Algérie et la France sur un éventuel partenariat dans le nucléaire civil, le projet reste encore à concrétiser, mais ce ne sera pas pour cette fois, car Bouteflika ne compte pas aborder ce dossier avec son hôte, lors de son voyage à Paris en juin, croit-on savoir.

algerie-focus.com avec lefinancier-dz.com

Article précédentDurban II. Ahmadinejad lance un pavé dans la mare à l'ONU ( version anglaise)
Article suivantLes sept raisons des limites du rapport du Conseil Economique et Social 2009 sur l’indice du Développement humain en Algérie