A l’occasion de la célébration du 1er Novembre, Abdelaziz Bouteflika a demandé aux Algériens de garder leur « sang-froid » face à la crise financière qui commence à frapper de plein fouet leur pays. 

Dans son message adressé aux Algériens, il appelle  « à bien considérer les enjeux de l’étape, à garder leur sang-froid devant les défis qui sont souvent exagérés dans le but d’effrayer le peuple, de le faire douter de ses capacités et d’ébranler sa confiance en ses dirigeants et ses cadres ». Cependant, Bouteflika reconnaît la profondeur de la crise mondiale des hydrocarbures «  qui nous coûte, avoue-t-il, la moitié de nos recettes extérieures ». « Une crise qui pourrait persister quelque temps, du fait de facteurs économiques et géopolitiques », ajoute-il. »

« L’Algérie dispose d’atouts pour surmonter cette étape difficile », nuance plus tard le Chef de l’Etat selon l’Algérie dispose d’ores et déjà « de la jeunesse formée et des infrastructures de base,  d’un réseau industriel respectable, ou qu’il s’agisse encore de nos potentialités agricoles, minières et touristiques » « Nos atouts résident également dans la tradition du dialogue entre partenaires économiques et sociaux, qui permet de forger les consensus à même d’accompagner les réformes économiques nécessaires, et de pérenniser la justice sociale et la solidarité nationale », assure enfin Abdelaziz Bouteflika.