Lors de son intervention à l’issue de l’exposé du ministre de l’Energie et des Mines, le président de la République s’est focalisé sur l’apport vital des hydrocarbures dans le financement de l’économie nationale. Il soulignera par là, la nécessité de valoriser au maximum les revenus tirés de cette ressource. A ce titre, le chef de l’Etat a instruit la gouvernement de veiller à bien faire progresser l’important portefeuille de projets industriels en aval qui sont en cours ou en voie de mise en chantier dans le secteur de l’énergie, qu’il s’agisse du raffinage ou qu’il s’agisse des autres industries pétrochimiques. Dans le même temps, le président Abdelaziz Bouteflika a chargé le gouvernement d’œuvrer à prolonger le plus longtemps possible, la durée de vie des gisements pétroliers et gaziers du pays. «Cela exige la poursuite de l’exploration de nouveaux gisements et de leur mise en exploitation.

Cela invite aussi à l’encouragement des économies d’énergie dans tous les domaines, y compris par le recours à des technologies de faible consommation dans l’éclairage domestique. Cela doit nous conduire, enfin, à nous mobiliser davantage pour le développement des énergies renouvelables», a déclaré le président de la République qui a saisi cette occasion pour charger le gouvernement de mettre sur pied un Fonds pour le développement des énergies renouvelables qui sera alimenté à partir de la fiscalité pétrolière. Par ailleurs, le président de la République a relevé les importants efforts publics déployés pour améliorer l’alimentation de la population en électricité et gaz, indiquant que ces efforts devront se poursuivre durant les cinq prochaines années, avec comme objectif la généralisation de l’accès des foyers à l’électricité ainsi que la poursuite de l’amélioration du taux d’accès des familles au gaz naturel à travers toutes les localités du pays. Relevant que le pays engage des montants importants pour porter les capacités de production d’électricité au niveau de la demande locale, le chef de l’Etat ordonne de mettre un terme aux entraves bureaucratiques perturbent la distribution, pénalisant du coup le consommateur. «Ce genre de situation doit connaître un dénouement définitif et le gouvernement est chargé de le prendre en main dès à présent de sorte à éviter la réédition des difficultés rencontrées cet été», a conclu le président de la République.

N.A.
Avec Le Financier

Article précédentGrippe porcine : La possibilité de fermer les écoles évoquée
Article suivantGrippe porcine : 44 cas confirmés et des rumeurs sur un premier décès