bouteflika
Bouteflika est de retour physiquement et politiquement. Le Président de la République qui se faisait absent ces derniers temps, vient de réapparaître ce dimanche 30 septembre. Il semble vouloir réaffirmer qu’il tient toujours les rênes de ce pays et réclame à ses ministres de faire preuve d’engagement.

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a bel et bien présidé ce dimanche la première réunion du Conseil des ministres. Alors que des rumeurs sur son état de santé circulaient ces derniers jours, sa présence au Conseil des ministres est venue démentir les diverses versions. Cette séance de travail a permis non seulement de prouver que le Chef d’état était encore en Algérie, mais également qu’il en était toujours à la tête.

Soigner les 7 plaies de l’Algérie

Cette première réunion très attendue a permis d’attaquer concrètement de gros projets. Bouteflika et son nouveau gouvernement travaillé sur sept projets de textes législatifs qui ont été examinés et approuvés, rapporte l’APS. Tout d’abord un projet de loi modifiant et complétant l’ordonnance n° 66-156 du 8 juin 1966 portant code pénal. La modification concernera particulièrement la protection des publics fragiles comme les enfants. Le Président a appelé à un renforcement de la prévention contre la criminalité contre les enfants en adaptant « la législation nationale en conformité avec les engagements internationaux », est-il expliqué dans un communiqué officiel.

Le gouvernement a également planché sur une ordonnance modifiant et complétant l’ordonnance n° 05-06 du 23 août 2005 relative à la lutte contre la contrebande et  enfin d’un projet de loi de finances pour l’année 2014 qui « renforce l’arsenal juridique de la lutte contre la contrebande pour le rendre plus efficient dans la protection de l’économie nationale. »

La loi de finances a également largement été abordée. Dans le communiqué de la présidence, il est précisé que le projet de loi 2014 se consacrera à « l’objectif de croissance économique estimé, pour 2014, à 4,5%, ainsi que la maîtrise de l’inflation à un taux de 3,5%, et vise le maintien des grands équilibres budgétaires et la poursuite de la dynamique de réalisation du programme présidentiel de développement économique. »

D’autres secteurs ont été étudiés comme l’exploitation des hydrocarbures, ou encore  le très ancien projet de loi relative à l’activité audiovisuelle. Bref les grands axes du mandat de Bouteflika.

Coup de pression final

Le Président de la République a fait un retour en grande pompe. Avec son nouveau gouvernement il a ressorti les vieux dossiers et les anciennes promesses du placard. Bouteflika a également rappelé à l’ordre ses ministres, en indiquant « qu’il attend de chacun des membres du Gouvernement davantage d’engagement pour conduire, dans les délais et les conditions de qualité requis, les projets de développements inscrits à l’indicatif de chaque secteur. » Le Président de la République a surtout insisté sur  « l’importance de prendre, d’ores et déjà, toutes les mesures et dispositions nécessaires afin de permettre à notre pays d’aborder, dans les meilleurs conditions, les prochaines échéances politiques », rapporte encore le communiqué. Le rendez-vous pour les présidentielles semble se préparer.  Cela ne fait plus de doute. Bouteflika is back.

Lire l’intégralité du Communiqué de la Présidence

 

 

Article précédentAli Benflis, une alternative sérieuse ou de la poudre aux yeux ?
Article suivantRevue de presse – 17 ans après l’assassinat des sept moines par le GIA, Les touristes français reviennent à Tibhirine