La campagne présidentielle a bel et bien démarré ce dimanche 23 mars. Cette élection est très suivie par la presse étrangères, toutefois ce qui intéresse réellement les titres internationaux sont la présence, ou plutôt l’absence d’Abdelaziz Bouteflika. Dans les quelques articles qui évoquent le scrutin du 17 avril, c’est  l’âge et la maladie du président qui retiennent l’attention. 

Si les médias internationaux ont relayé l’annonce de la candidature du président Bouteflika pour un quatrième mandat, la couverture de l’élection présidentielle algérienne s’est concentrée ces dernières 24 heures sur le démarrage de la campagne électorale et surtout l’absence du Président sortant qui se représente.

Le journal français Le Monde titre en effet  un article : « En Algérie, les proches du président Bouteflika, absent, lancent sa campagne » le 22 mars. Le Parisien s’interroge également sur l’absence du président, ou du moins sur sa maladie. « Comment Bouteflika, malade, fera-t-il campagne? ». peut -on lire dans les colonnes du quotidien régional français. Le Nouvel Observateur analyse quant à lui la « stratégie Bouteflikienne » pour cette campagne présidentielle pas comme les autres : « Début de la campagne, Bouteflika dispatche ses hommes« .

Du côté du journal anglais The Economist, l’accent est mis sur l’âge du président avec l’article : « The ageing president wants to run again » (« Le président vieillissant se représente »). Ce même article rappelle que l’apparence est un facteur essentiel en politique. Le président-candidat algérien semble cependant au dessus de ce genre préoccupations. Et pour cause les interventions à la télévision du président algérien se font de plus en plus rares, et va jusqu’à déléguer sa campagne à Abdelmalek Sellal.

Article précédentRévision de la Constitution : Abdelaziz Bouteflika veut donner plus de pouvoirs aux Assemblées élues
Article suivantDéveloppement du Sud algérien : Ce que proposent les candidats à l’élection présidentielle