Le gouvernement algérien veut frapper fort et vite. L’heure du bilan approche avec les présidentielles, il a donc décidé de passer la seconde pour résoudre les principaux problèmes  socio-économiques des Algériens. Que faut-il espérer des promesses de l’Etat algérien ?

Le déplacement d’Abdelmalek Sellal à Oran cette semaine aura été l’occasion de parler de tous les thèmes : logement, emploi et administration. Les trois plaies de l’Algérie en quelque sorte. Ce fut également l’heure de concrétiser un certain grand nombre de projet : l’attribution prochaine de 198 000 logements sur tout le territoire national. Et de faire un premier point sur d’autres projets lancés : comme le développement de l’emploi des jeunes dans le Sud de l’Algérie où le taux de chômage est l’un des plus élevés. Qu’en est-il de ces promesses ?

Emploi renforcé ?

Le Premier Ministre a rappelé son engagement auprès des jeunes et a indiqué que tout avait été mis en place pour promouvoir l’emploi dans les régions les plus affectées par le chômage. « La politique du gouvernement est claire et ira jusqu’au bout pour assurer des emplois aux chômeurs », a promis le Premier Ministre, indiquant par ailleurs que « l’unique solution est d’activer l’entreprise créatrice de richesse et d’emploi ».

Dans la même ligne politique que l’instruction concernant les wilayas du sud, mise en place il y a quelques mois, le chef du gouvernement a indiqué qu’il avait « demandé au ministre de l’Energie et des mines à ce que Sonatrach déploie le maximum d’efforts pour ouvrir de nouveaux domaines d’emploi au profit des jeunes algériens, tout en prenant en considération ses besoins, ses intérêts et sa situation financière. »

Logements pour tous…

Pour la question du logement, la visite de Sellal à Oran a été l’occasion de lancer une opération séduction.  Abdelmalek Sellal a alors annoncé que près de 198 000 logements étaient prêts à être distribués dès la semaine prochaine. «L’Algérie a suffisamment d’argent pour répondre à la demande à travers de nouveaux programmes» a assuré le PM qui en a profité pour rappeler que l’Algérie s’attelle actuellement à la réalisation de 1,5 million de logements à une « cadence accélérée ».

La terrible bureaucratie

Le Premier Ministre a enfin eu un mot pour la bureaucratie qui décourage un grand nombre d’Algériens dans leur quotidien.  Que ce soit pour le domaine professionnel ou personnel, la gestion administrative est devenue un enfer pour un grand nombre de nos compatriotes. De telle sorte que certains investisseurs fuient l’Algérie, et les entrepreneurs algériens perdent du temps et de l’argent avant même de créer leur entreprise.  Abdelmalek Sellal a reconnu que la bureaucratie a créé des entraves, notamment pour ce qui est des investissements en Algérie, et a promis de les combattre mais n’a pas encore indiqué de quelle manière il engagera cette bataille qui risque d’être la plus difficile…

La rédaction avec APS

Article précédentLe premier opéra en langue arabe sera présenté en Algérie
Article suivantOuargla : la liste de bénéficiaires de logements gelée suite aux émeutes