Plusieurs ministres en poste ont exprimé leur volonté de se présenter aux élections législatives du mois de mai prochain. Sept anciens membres du gouvernement, d’obédience FLN, comptent faire leur retour sur la scène publique en se portant, eux aussi, candidats à la députation.

Plusieurs ministres en poste, dont le rendement est jugé peu satisfaisant, projettent de se convertir en député. Parmi eux, Abdesslam Chelgham, ministre de l’Agriculture, qui devrait conduire la liste du FLN à Jijel; le ministre de l’Enseignement supérieur, Tahar Hadjar, serait, lui, tête de liste du même parti à Tiaret. Pour la capitale, c’est la ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (TIC), Iman Houda Feraoun, devrait être candidate toujours pour le compte du FLN, affirme le quotidien l’Expression sur son site Internet.

Du côté du RND, on adopte la même stratégie. Bien que la liste des candidats ne compte, pour le moment, pas un nombre important de noms de hauts responsables, elle recèle, cependant, celui du ministre de l’Industrie, Abdessalem Bouchouareb, « sollicité à maintes reprises par la population à Oum El Bouaghi ». En plus de ces personnalités de premier plan, on note également la candidature de l’actuel président de l’APN, Larbi Ould Khelifa, et celle de l’ancien secrétaire général de l’ex-parti unique, Amar Saâdani, affirme encore le journal.

Par ailleurs, un certain nombre d’anciens ministres, à l’instar d’Amar Tou, Rachid Haraoubia, Mohammed Djellab, Salah Khebri, Moussa Benhamadi, Mohamed-Seghir Kara et Abdelkader Kadi, ont déposé leurs dossiers de candidature.

Massi M.