Le patron du groupe Cevital, Issad Rebrab, a déclaré que sa société était prête à embaucher les majors de promotion de l’ensemble des universités et des grandes écoles algériennes. Pour lui, l’exploitation des talents algériens est un moyen de contrecarrer le phénomène de la fuite des cerveaux.   

C’est à l’issue d’une conférence animée à l’École supérieure d’économie d’Oran, hier mercredi, sous le thème de « la colocalisation, un facteur de croissance industrielle», que M. Rebrab, a fait savoir que sa société était prête à recruter les majors de promotion issus des universités algériennes.

Cette annonce fait suite à celle faite à l’université Abderrahmane Mira de Béjaïa, en janvier dernier, où le capitaine d’industrie avait affirmé que «Cevital recrutera à l’avenir les majors de promo de toutes les filières de l’université de Béjaïa sans exception». Des propos similaires ont été tenus lors d’une conférence sur le même thème à l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou, en avril denier. M. Rebrab s’était engagé à se soumettre à un contrat de partenariat avec l’établissement.

Selon le patron de Cevital, l’exploitation des compétences algériennes est un objectif de sa compagnie.  La démarche vise à faire participer les jeunes diplômés au développement économique pour créer de la richesse et les inciter à rester en Algérie, afin d’éviter que ces compétences aillent voir ailleurs.

Il faut dire que Cevital porte un intérêt particulier à la formation. Preuve en est, la création en 2013, de la « Cevital corporate university». L’initiative est considérée comme pionnière en Algérie. Les cadres recrutés dans les universités algériennes passent obligatoirement par cette « université » afin d’augmenter leurs performances.

Article précédentChronique/ Tebboune, un homme du passé pour préparer l’avenir ?
Article suivantGouvernement/ Lamamra, Bouchouareb et Grine poussés vers la sortie