blank

Pour la énième fois,  l’Autorité de régulation de l’activité audiovisuelle (ARAV) met en garde les chaînes de télévision privées contre la diffusion de programmes religieux extrémistes.

Le gendarme de l’audiovisuel fait référence à un document qui fixe les règles du jeu dans ce domaine. « Le présent document se propose de rendre compte de la phase exploratoire  d’écoute et d’échange, menée par l’ARAV en coordination avec ses partenaires  officiels, le Haut conseil islamique, le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, ainsi qu’un certain nombre de personnalités et d’experts concernés par ce secteur (théologiens, sociologues, psychologues, juristes, spécialistes  de médias, imams, prédicateurs)», indique l’ARAV dans un communiqué. L’Autorité rappelé ainsi les règles du «traitement du fait religieux» dans les médias audiovisuels, appelant à mettre la religion «à l’abri de toute tentative d’instrumentalisation à l’occasion des prochaines élections législatives».

Mesurant « positivement, dans l’ensemble, une certaine amélioration  à ce niveau », l’ARAV note que «bien qu’encore timide et hésitant, ce progrès enregistré demeure estimable et doit en ce sens être respecté et encouragé».

Selon l’ARAV, «le caractère sacré et inviolable de notre patrimoine  spirituel ancestral se trouve être consigné dans la Constitution en termes on  ne peut plus clairs et précis», comme le stipule l’article 50 qui souligne que «la diffusion des informations, des idées, des images et des opinions  en toute liberté est garantie dans le cadre de la loi et du respect des constantes  et des valeurs religieuses, morales et culturelles de la nation».

Le document de l’ARAV intervient dans un moment où les chaînes de télévision «privées» se livrent à une concurrence sur la diffusion d’émissions religieuses. Même la chaîne sportive El Haddaf TV exploite ce filon porteur et diffuse des émissions religieuses, souvent en provenance du Golfe, aux antipodes de sa vocation. Un fait inédit dans les annales du paysage audiovisuel mondial.

Essaïd Wakli

Article précédentDénouement/ La jeune femme ayant filmé le viol de Tiaret s’est livrée à la police
Article suivantLégislatives/ Le pouvoir redoute une abstention massive