Des conventions de branches seront signées avec des compétences algériennes établies à l’étranger, a déclaré, jeudi dernier, le ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Communauté nationale à l’étranger, Djamel Ould Abbès. «Des conventions vont être signées avec chaque branche pour l’établissement de passerelles permettant un échange de savoir-faire entre les compétences nationales établies à l’étranger et leur pays», a-t-il indiqué en marge des travaux de l’université d’été de la communauté nationale à l’étranger qui se poursuivent au Centre national de la formation professionnelle spécialisée de Birkhadem.

A cet effet, Ould Abbès a affirmé que deux conventions seront finalisées avec des compétences algériennes établies à l’étranger, dans le domaine la réadaptation fonctionnelle des aveugles tardifs et celui du sport pour handicapés. Sur ce registre, le ministre a souligné que «l’une des sommités en France, spécialisée dans le domaine des non-voyants tardifs, à savoir Rani Abdouche, membre de l’Union des Franco-algériens de Lorrain (France), est parti de l’Algérie à l’âge de 22 ans». «C’est ce spécialiste présent à l’occasion de cette université qui a proposé la signature d’une convention avec le ministère, une proposition que j’ai d’ailleurs acceptée», a-t-il précisé. A ce sujet, il a affirmé que le ministère va prendre en charge la formation d’instructeurs et d’éducateurs à l’étranger pour la réadaptation fonctionnelle des aveugles tardifs.

Un nouveau centre pour les non-voyants tardifs

Le ministre a également indiqué qu’un bâtiment, situé dans la commune d’El-Achour (Alger), dépendant de son département ministériel, «sera mis à la disposition des non-voyants tardifs souhaitant subir ce genre de rééducation».

Il a souligné, en outre, que la majorité des entraîneurs d’athlètes handicapés en France et qui avaient réalisé de bons résultats aux jeux Paralympiques de cette catégorie à Pékin sont d’origine algérienne. «Ces entraîneurs bénéficieront d’une convention qui leur permettra de mettre leur savoir-faire à la disposition de leurs compatriotes handicapés qui vivent en Algérie», a-t-il noté.

A.N.
Avec Le Financier

Article précédentMise en place imminente des fédérations du FFS dans tout le pays
Article suivantPrivatisation et actionnariat cadres/ ouvriers  Des expériences étrangères à méditer pour l’Algérie