Rien ne va plus à  l’école nationale polytechnique, l’un des fleurons de l’enseignement supérieur en Algérie censé former les futurs cerveaux du pays. Les étudiants sont grève depuis le 7 février dernier pour protester contre les très mauvaises conditions matérielles et pédagogiques dans lesquelles ils étudient au quotidien. 

Ces étudiants qui doivent devenir à la fin de leurs études des ingénieurs ou des cadres dans des spécialités pointues indispensables pour le développement du pays ne peuvent même pas effectuer une sortie pédagogique depuis l’entame de l’année universitaire actuelle en dehors de la wilaya d’Alger. Au sein de leur école, ils manquent cruellement de sanitaires alors que le nombre des étudiants avoisine les 1500. Foyer fermé et matériels de Travaux Pratiques détériorés et obsolètes,  absence d’un Wifi permettant aux étudiants d’utiliser internet et classes, amphis et laboratoires dans un état de délabrement avancés, les étudiants de l’école nationale polytechnique souffrent le martyre et peinent à poursuivre leurs études.

Ce mouvement de protestation témoigne de l’ampleur du malaise qui mine en ce moment les universités algériennes. Un malaise aggravé par la crise financière actuelle qui se répercute par des coupes budgétaires au détriment de la qualité pédagogique laquelle accuse encore et toujours une inquiétante déficience dans notre pays.

Article précédentConcours/ Les Etats-Unis offrent des bourses aux jeunes filles algériennes pour des carrières en sciences et en technologie
Article suivantElections législatives/ Un mort dans des bagarres à la Mouhafada du FLN de Tiaret