Corruption : l’Italien Saipem s’est « offert » les dirigeants de Sonatrach pour près de 200 millions de dollars

0
Advertisement

De nouvelles révélations fracassantes viennent de tomber à propos du scandale des affaires de corruption du groupe pétrolier Italien Saipem en Algérie. Ce dernier, aurait versé en 2007, à des dirigeants de la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach des commissions variant entre 150 et 200 millions de dollars pour remporter les deux contrats relatifs à la construction du gazoduc GK3. Un projet qui a rapporté au groupe italien pas moins de 580 millions de dollars.

 Ces nouvelles révélations faites par l’édition électronique du quotidien italien Ilsole240re sont un véritable pavé jeté dans la mare. Les montants des commissions avancées sont si phénoménaux qu’elles ont suscité une vague d’indignation en Italie qui vit, désormais, à l’heure de ce scandale. Une affaire troublante qui a déjà poussé à la démission le PDG de Saipem, l’italien Pietro Franco Tali. Ce dernier, a fait savoir récemment qu’il avait démissionné « pour permettre au groupe Saipem de mieux répondre aux questions des enquêteurs » du parquet de Milan qui a enclenché cette scabreuse affaire après avoir diligenté une « enquête pour corruption présumée lors de contrats passés en Algérie ». Et ces contrats scandaleux n’ont pas fini, décidément, de faire parler d’eux…


Article précédentAlgérie : un nouveau scandale dans le secteur de l’Energie et des Mines
Article suivantParoles d’Algériens : L’Algérie doit être solidaire avec les Palestiniens mais pas avec le Hamas