rai_festival SIDI BEL-ABBES – Le coup d’envoi de la 2e édition du festival du rai à Sidi Bel-Abbes a été donné dimanche soir au stade du « 24 février ». La cérémonie d’ouverture de cette manifestation, qui s’étalera jusqu’au 8 août, a attiré un public nombreux, composé essentiellement de jeunes fans de ce genre musical, ainsi que des familles en quête de détente. Dans une brève allocution, la directrice de la culture, Mme Hankour Halima a mis notamment en exergue les efforts du ministère de tutelle visant à promouvoir cet art, qui compte actuellement de grandes vedettes. Le bal a été ouvert ensuite par la troupe floklorique « Tell » de Sidi Bel-Abbes, qui a gratifié l’assistance d’un beau spectacle de danse n’hari sur un air de bendir et de guesba.

Lui emboitant le pas la troupe « Essaf » a réussi à tenir le public en haleine, avant que Mohamed Sahli n’enflamme la foule avec ses meilleures chansons, entre autres « ya Galbi cha ndir » et « ma hnache khatri ».

Le second show a été assuré par cheikha Warda avec deux chansons à savoir « Sallou ala nabi » et « dekhla l’bel-abbes ».

Cheba Fadéla a, avec ses chansons « Lila dkhalt bladi » et « ana nebghik a aynia » a émerveillé les jeunes, qui ont dansé au rythme des sons et des paroles.

La soirée s’est poursuivie avec un bouquet de chansons données également par Kader « japonais » entrainant tout le public dans une ambiance festive, avec des youyous qui fusaient de toutes parts, en cette belle nuit d’été.

Le programme du festival prévoit d’autres soirées musicales qui seront animées par une trentaine de chanteurs, avec quatre spectacles dédiés aux femmes au théâtre de verdure de Sidi Bel-Abbes.

Peu avant le lancement officiel du festival une réception a été organisée, à la maison de la culture « Kateb Yacine » de Sidi Bel-Abbes, à l’honneur de trois chanteurs rai, en l’occurrence cheba Fadéla, Kader « japonais » et Mohamed Sahli, en présence du représentant du ministère de la Culture, M. Ferkous Rachid.

A cette occasion, le représentant du ministère de la Culture, M. Ferkous Rachid a affirmé « que le rai fait partie du patrimoine algérien, ayant enfanté de grands talents », tout en insistant sur « la nécessité d’encourager davantage ce genre musical ».

Cheba Fadéla a déclaré que son nouvel album composé de 12 chansons, qui paraitra la semaine prochaine, s’inscrit dans le cadre du « vrai rai ».

Pour sa part, Kader « japonais » a annoncé qu’il a mis sur le marché, depuis une dizaine de jours, un album de 12 chansons, tout en ajoutant qu’il est invité à plusieurs festivals prévus cette année en Algérie.

[Aps 3/8/09]

Article précédentLa communauté internationale doit amener le Maroc à coopérer pour une solution à la question sahraouie
Article suivantArrestation de sept candidats à l'émigration clandestine à Annaba