Le MO Béjaia a fait match nul (1-1), hier soir, au stade de Blida, face à la formation congolaise du Tout Puissant Mazembe (TPM) pour le compte de la manche «aller» de la finale de la Coupe de la Confédération de la CAF. Le match «retour» est prévu pour dimanche prochain, à Lubumbashi. La mission des poulains au duo Sandjak-Adjali s’annonce extrêmement difficile vu que l’adversaire a la réputation de bien négocier ses matchs à domicile.

Néanmoins, il faut dire que Mazembe n’est plus cet ogre que l’on nous décrivait. S’il dispute la Coupe de la Confédération c’est parce qu’il s’est fait éliminé de la Ligue des champions, tout comme le MOB d’ailleurs. Les deux équipes étaient dans le même groupe lors de la phase des poules, avec un match nul à Bejaia (0 – 0), et une victoire du TPM à Lubumbashi.

L’entraîneur du MOB, Nasser Sendjak, reste optimiste, notamment au vu de la prestation de son équipe qu’il a jugé «bonne». D’après lui, ce sont les Béjaouis qui avaient dominé la partie avant d’encaisser un but sur une erreur d’un défenseur. Un but qui les a perturbé pendant un moment avant de se ressaisir. «Au vu de ce que nous avons produit en seconde période, j’estime  que nous avons fait honneur au football algérien. Malheureusement, nous avons  commis une erreur juste avant la mi-temps que l’adversaire a exploitée à 100%.  Ce but nous a perturbé mais on est bien revenus en seconde période. L’équipe  a montré de belle choses, et si nous parvenons à reproduire cela au match retour, il y’a de quoi être optimiste», a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le coach de Mazembe, le français Hubert Velud, qui a remporté deux titres de champion en Algérie avec l’ES Sétif et l’USM Alger, s’est dit satisfait du résultat. Néanmoins, il pense que son équipe doit rester vigilante. «Repartir avec ce résultat  est de bon augure d’autant que la finale retour sera chez nous. Il faudra rester  vigilants face au MOB qui possède des attaquants mobiles qui jouent bien  en contre, d’où la nécessité de rester sur nos gardes», a-t-il estimé.

A noter que Sandjak a défendu l’option du stade de Blida. Pour lui, si le club a produit du beau football, c’est parce qu’il a joué dans un stade disposant d’une bonne pelouse.

Le match «retour» est prévu le 6 novembre prochain à Lubumbashi.

Elyas Nour 

Article précédentObjet de grandes convoitises/ L’Etat réticent à privatiser les œuvres universitaires
Article suivantRésurrection/ Belkhadem croit de nouveau à sa bonne étoile