L’Armée algérienne est-elle sur le point de renoncer au principe qu’elle s’est toujours fixé, celui de ne jamais intervenir au-delà de ses frontières ? Selon le quotidien arabophone «El Khabar», les armées algérienne et tunisienne ont décidé de mener des opérations anti-terroristes autour de leur frontière commune.

L’accord prévoit qu’en plus des actions menées au niveau des frontières, notamment sur le Mont Chaanbi, certaines se déroulent à l’intérieur même des territoires tunisien et algérien. En Tunisie, des ratissages seront effectués au niveau de la région dite de « Kesrine », ainsi que dans d’autres localités. L’accord ne précise toutefois pas si les forces algériennes concernées, quelque 8 000 soldats, vont participer directement à ces missions en terre tunisienne.

Quoiqu’il en soit, les autorités des deux pays affichent leur détermination à en finir avec les groupes terroristes qui sévissent aux abords de leur frontière commune. L’accord entre les deux pays s’inscrit dans le cadre d’un plan sécuritaire déployé à long terme qui prévoit, en plus des opérations militaires de ratissage, l’intensification des barrages ainsi que l’échange d’information concernant les individus suspectés de lien avec les groupes terroristes. Il préconise de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour anéantir leurs sources de financement, notamment la contrebande.

Elyas Nour