Les internautes en Algérie sont en majorité des hommes / DR

Djamil Bouabbane analyste business et Jalil Chikhi, directeur de technologie chez Google, sont deux Algériens qui travaillent sur la stratégie web du moteur de recherche. Il font dans cet entretien un état des lieux du web algérien et de la vision qu’a Google sur la toile DZ. Les points forts, les retards, les mutations à venir, tout est passé au crible par les deux experts du web.

Alors que le nombre d’abonnés individuels à l’Internet a doublé en une année, que pensez-vous de l’évolution du web algérien ?

Djamil Bouabbane : Le web évolue rapidement dans la région MENA. L’augmentation des investissements en infrastructure a rendu Internet
plus accessible et moins cher, permettant à de plus en plus d’utilisateurs d’être en ligne. Le nombre d’Arabes en ligne aujourd’hui est supérieur à
90 millions de personnes et augmente rapidement. Avec l’augmentation des taux d’adoption, l’avenir du Web en Algérie semble prometteur.

Quels sont les ingrédients nécessaires au développement du web algérien ?

Jalil Chikhi : Le gouvernement se doit d’investir davantage pour réduire les barrières à l’accès au web et en faire un espace ouvert et accessible
pour tous. Il est aussi important d’améliorer la qualité et la rapidité de l’accès Internet ainsi que des réseaux mobiles pour offrir aux consommateurs la possibilité de se connecter en mobilité. Enfin il est essentiel de mettre en place des programmes de formation dans les écoles et les universités.

D’après vous, que peut apporter la jeunesse algérienne dans l’expansion continue de l’internet en Algérie ?

Djamil Bouabbane : La contribution la plus importante des Algériens serait de développer leur web, le web algérien, par exemple en créant de plus en plus de contenus originaux et de sites. Les Algériens – et la jeunesse arabe dans son ensemble – peuvent également contribuer à l’enrichissement et l’augmentation du contenu en langue arabe sur le Web. Le contenu arabe n’excède actuellement pas 3% du contenu total mondial. Pourtant l’arabe est la 7ème langue la plus utilisée ! Il appartient aux utilisateurs arabes de contribuer à l’augmentation de ce contenu en ajoutant un contenu pertinent qui bénéficierait à l’utilisateur algérien. Le récent lancement du « Arabic Web Days » –programme parrainé par Google et qui dispose d’un large éventail de partenaires régionaux et internationaux tels que Vinelab, Taghreedat, Wamda, Twitter, Wikipedia, Al
Arabiya, entre autres – a pour objectif de fournir des outils et moyens pour permettre aux utilisateurs arabes partout dans le monde d’enrichir et
augmenter le contenu en langue arabe sur le Web. Les Algériens peuvent contribuer en visitant www.arabicwebdays.com et en ajoutant du contenu en arabe, qu’il soit sous forme de texte, photo, vidéo, ou autre.

Quel est le regard porté par Google sur les internautes algériens ?

Jalil Chikhi : L’Algérie est un marché important pour Google et cela a été prouvé par le lancement de produits localisés spécifiquement pour l’Algérie comme la version localisée de YouTube, lancée en Algérie  en 2011 et qui s’adresse aux utilisateurs algériens en leur offrant du contenu vidéo pertinent. Cela s’ajoute à la localisation de la recherche Google ainsi  qu’à la recherche vocale en arabe, notamment en dialecte algérien.

Quels sont les projets que Google souhaiterait réaliser sur la toile made in dz ?

Djamil Bouabbane : Nous ne divulguons pas les lancements à venir avant leur disponibilité. Cependant, la navigation sur Android a été lancée récemment en Algérie, ainsi que dans sept autres pays de la région MENA et fournit la navigation étape par étape à guidage vocal dans toute l’Algérie. Cette fonction est aussi disponible en arabe.

Article précédentMoines de Tibhirine : un juge français se rendra en Algérie pour mener son enquête
Article suivantUne note du Quai d’Orsay le confirme : Pour la France, l’Algérie est toujours un pays à risque