Ancien journaliste décédé vendredi à Oran, Abdelmalek
Ouasti, qui a connu les rangs de l’armée de libération nationale, a, après un bref passage à la gendarmerie nationale, embrassé la carrière de journalisme à l’agence de presse Algérienne (APS). Il sera ensuite nommé chef du bureau d’Oran de l’APS, avant de diriger ensuite celui de Paris. Porté sur le reportage, il sera aux côtés des mouvements
de libération africain qu’il avait côtoyé durant sa carrière. Crapahuteur, volontaire, il sera sur tous les fronts de la lutte des mouvements de libération, et particulièrement au Sahara Occidental au début
des années 1980. Dans la foulée de cette époque des luttes des peuples pour leur indépendance, qu’il a traversée à la force de sa plume en militant pour la libération de l’Angola ou le Mozambique, il publiera notamment  »le démineur », une autobiographie. Abdelmalek Ouasti ne lésinait pas sur ses efforts et vouait à son métier
un grand attachement, sans failles. Après sa retraite, il se consacre à un journal régional d’Oran, malgré la souffrance et la maladie qui le rongeaient. A la famille de ce journaliste courageux, moudjahid illustre, et homme d’une grande rectitude morale et intellectuelle, le Directeur Général de l’agence APS ainsi que toute l’équipe de « www.algerie-focus.com » adressent, au nom de tous leurs collègues, les condoléances attristées et l’assurent de son soutien.