blank

Les musulmans de Montréal, au Canada, s’insurgent contre la venue de prédicateurs, jugés radicaux, au Canada. L’information a été rapportée par les médias canadiens ces derniers jours.

Ces quatre imams ont été invités pour prendre part à une conférence qui doit être organisée à Montréal les 7 et 8 septembre prochain. «Si les organisateurs de cette conférence présentent leur événement comme un rassemblement entre jeunes musulmans pour échanger sur leur religion, les quatre conférenciers européens demeurent des personnages controversés. Le plus radical d’entre eux, Nader Abou Anas, a déjà déclaré, enregistrement audio à l’appui, que refuser le voile, c’est pire que d’avoir le cancer ou le sida, car ne pas porter ton voile te mènera en enfer», lit-on sur le site Internet de «Radio Canada».

Ce sont ces propos qui ont fait réagir des membres de la communauté maghrébine au Canada. «Les Québécois de souche et la société demandent à ce que ces musulmans se distinguent de ces discours d’intolérance et de haine», a déclaré, dans le même article paru sur ce même site, Lamine Foura, un algérien, journaliste et animateur radio et fondateur et secrétaire général du Congrès Maghrébin au Québec. Pour celui-ci, «la majorité des 150 000 musulmans au Québec ne partagent pas cette vision de leur religion». De son côté, le marocain, Abdou Zirat, éditeur et cofondateur de «M, le magazine du Montréal cosmopolite», un mensuel communautaire gratuit pour les montréalais d’origine maghrébine, a estimé que «95 % des musulmans sont des gens modérés qui pratiquent chez eux et qui sont des citoyens exemplaires», avant d’ajouter : «Cela fait partie de nos libertés de faire savoir ce qu’on pense de ces événements-là, que nous trouvons contre-productifs et qui n’aident pas l’intégration». Pour cela, ces maghrébins veulent organiser, le premier jour de la tenue de cette conférence, un rassemblement pour dénoncer l’islamisme radical.

Elyas Nour

Article précédentFarid Bedjaoui dans le scandale de Sonatrach : sauve qui peut ?
Article suivantCosmétiques : ces produits de beauté qui vous font du mal