Dans certaines régions enclavées de l’Algérie, des centres d’accueil pour personnes âgées vont prochainement accueillir des enfants handicapés, devenant ainsi des établissements scolaires pour des personnes aux besoins spécifiques. C’est ce qu’a annoncé la ministre de la Solidarité, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem.

L’Algérie compte quelque 18 000 enfants aux besoins spécifiques, pris en charge dans pas moins de 217 établissements spécialisés. Eu égard à l’importance de cette frange de la société et au manque d’infrastructures spécialisées, la ministre de la Solidarité a recommandé de transformer les centres de refuge pour personnes âgées, dans certaines régions d’Algérie, en établissements scolaires pour enfants aux besoins spécifiques.

Ce sont des enfants handicapés qui seront prochainement scolarisés dans les centres de refuge actuellement destinés à recevoir les personnes âgées. Cette décision ne s’applique qu’aux centres d’accueil de vieillards qui se trouvent dans les régions isolées, où le taux d’accueil de cette frange de la société demeure minime.

Selon Mounia Meslem, peu de personnes âgées sont placées dans les centres d’accueil dans les régions enclavées de l’Algérie. Par contre, les enfants aux besoins spécifiques sont de plus en plus nombreux et nécessitent une meilleure prise en charge. A ce propos, la ministre a déclaré, samedi lors d’une conférence-débat, organisée au forum du quotidien DK-News, que les refuges pour personnes âgées seront réaménagés en établissements scolaires spécialisés dans la prise en charge des enfants handicapés.

Insertion sociale des enfants handicapés

S’agissant de la problématique cruciale de l’insertion sociale des enfants atteints de handicap, Mme Meslem a précisé que pour permettre à cette frange de la société d’évoluer normalement et sereinement au sein de la société, il serait préférable qu’elle évolue avec les enfants normaux. Dans ce sens, elle a souhaité le regroupement des enfants aux besoins spécifiques avec des enfants normaux dans des classes ordinaires, à condition que ces derniers soient accompagnés par un éducateur spécialisé.

La ministre a précisé qu’aujourd’hui «environ 1 745 enfants sont scolarisés dans des écoles normales, avec le suivi de 728 encadrants ». Ils sont quelque 13 400 employés à prendre en charge les 18 000 enfants aux besoins spécifiques, scolarisés dans les 217 établissements spécialisés que compte l’Algérie.

Ces éducateurs sont, selon la ministre de la Solidarité, formés dans trois établissements du pays. La dirigeante a ajouté qu’une enveloppe « conséquente » a été dégagée pour venir en aide aux enfants démunis et défavorisés qui sont au centre des intérêts du ministère de la Solidarité. Par ailleurs, elle a déclaré que deux enquêtes visant à recenser le nombre exact de personnes démunies et aux besoins spécifiques ont été lancées par son département. Avant de conclure : «L’inscription au filet social sera rigoureusement contrôlée, à l’avenir, pour assurer la rationalisation de la dépense publique et la lutte contre le gaspillage.»

Nourhane S.

Article précédentAlgérie: Femmes au foyer, femmes soumises ?
Article suivantLes carnets de Rustem El-Battouti : « J’espère que nous aussi en Algérie nous finirons par nous accepter avec nos différences »