Par Virginie, une lectrice de France

L’Assemblée générale des Nations Unies avec à l’ordre du jour « L’importance du dialogue interreligieux pour la promotion de la paix » vient de se terminer.

J’ai patiemment lu le compte rendu de cette Assemblée et les interventions des différentes représentations. Petits extraits : la déclaration du représentant iranien qui a dit que « son pays était bien connu pour son soutien aux initiatives du Dialogue entre les civilisations, les religions et les cultures et de Solidarité pour la paix, cette dernière ayant été proposée l’an dernier par le Président iranien ». , ou bien encore celle de George Bush « Ces huit dernières années ont montré combien la liberté et la foi ont pu orienter et conduire le monde vers la paix » (sic !). Je vous laisse découvrir les autres, celles qui font rêver à un monde meilleur et celle parfois vraiment croustillantes, à la limite de l’éclat de rire si la situation mondiale n’était pas aussi préoccupante.

C’est le bal des hypocrites ! Que de miel et de belles paroles alors que les journaux télévisés, la presse et les médias nous bombardent et ne sont remplis que de sang, de guerres, d’attentats, de massacres.

Vœux pieux : il faut privilégier le dialogue interreligieux et il faut lutter contre l’instrumentalisation de la religion. On rajoute un peu d’histoire et chacun y va de son anecdote sur les populations qui ont sauvé des hommes et des femmes fuyant des persécutions, tout ça en insistant sur les valeurs communes des religions.

Bien sûr, je ne vais pas dire que ça n’est pas bien et que ça ne sert à rien (quoique !) mais il me semble tout de même que les guerres d’autrefois étaient moins hypocrites. Les grands empires qui se sont succédés sur les rives de la Méditerranée par exemple, il me semble (je ne suis pas une historienne), se sont construits sur une base simple, la conquête des terres et donc des ressources. Pour le reste, les populations co-habitaient et co-existaient les unes avec les autres. Le principal étant que les impôts et les recettes du pays remontent dans les caisses du grand Empire. Bien sûr quand un illuminé venait mettre son grain de sel et constituait une menace pour la stabilité de l’Empire il valait mieux le zigouiller c’était plus sur.

En revanche aujourd’hui, c’est plus difficile de justifier la conquête d’un pays, « bon, cher voisin je t’envahis parce que je veux m’approprier tes richesses et le pouvoir un point c’est tout ! » et quelle est l’excuse, la justification toute trouvée, la religion ! Et le pire dans tout ça c’est que les populations se laissent berner, à chaque fois ça marche, c’est affligeant.

A croire que l’être humain ne peut rien apprendre, ça recommence encore et encore. « Regardez ces salauds ils sont aux pouvoirs ils s’en mettent plein les poches, si nous dirigions le pays ça serait bien différent… ». Et hop on promet monts et merveilles et dès que les innocents se sont fait dézinguer on prend la place des autres et ont s’en met plein les fouilles, ni vu ni connu je t’embrouille !. Remarquez que si l’expérience ce transmettait, depuis le temps ça se saurait.

De grâce quand un politique ou un religieux vous dit qu’il s’intéresse à votre bien spirituel et à votre belle âme ne le croyez pas, c’est le pouvoir et l’argent qu’il veut un point c’est tout. Les vrais altruistes – il y en a – ils agissent, ils s’occupent des indigents, de ceux qui sont le plus dans le besoin, et surtout ils ne demandent rien en échange, surtout pas de partir en guerre pour se faire tuer à leurs places.

S’il vous plait, tous, toutes, essayons de profiter des expériences du passé, ne nous laissons plus berner la planète est en train de déborder de pollution, de déchets, nous sommes trop nombreux, elle ne nous supportera plus longtemps si nous ne nous décidons pas à faire des efforts ensemble.

Souvent je me demande comment je peux faire pour agir moi-même pauvre fourmi anonyme, je fait ce que je peux autour de moi, je passe le message, je soutien des associations, j’éduque mes enfants dans la tolérance et j’essaye comme Candide de cultiver mon jardin !

Article précédentIslam et politique en Algérie : la décantation salutaire n’est pas pour demain
Article suivantEntretien: Noam Chomsky dissèque la crise