Le discours du président français François Hollande reconnaissant les « souffrances que la colonisation française » a infligées au peuple algérien, a été salué par les députés algériens. Beaucoup ont estimé que ce discours donné à la tribune du Parlement algérien est une « avancée », même s’ils espéraient des excuses de la France.

Le président de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale Abdelkader Belabbas, membre du Front de Libération nationale, pense que dans le discours du président français il y a  « des choses très importantes qui vont contribuer certainement à l’amélioration des relations algéro-françaises dans le futur »

De son côté le vice-président de l’assemblée nationale et membre de la direction du Rassemblent national démocratique (RND), Abdeslam Bouchouareb, pense que ces déclarations sont déjà un grand pas en avant. « Je note une évolution positive dans le discours. Le chef de l’Etat français a dit ce qu’il fallait. Je ne pense pas qu’il puisse faire mieux. »

 « Son discours est très intéressant. Il parle de vérité. C’est une reconnaissance des méfaits de la colonisation », a déclaré la secrétaire générale du parti des travailleurs Louisa Hanoune, qui a estimé que « sur le terrain de l’apaisement, un pas vient d’être réalisé. »

Quelques déceptions

Mais certains parlementaires mettent un bémol dans les propos de François Hollande. Pour Mustapha Bouchachi, député du Front des forces socialistes,  entre autres, le discours est un premier pas, mais l’Algérie espère plus de la France dans la reconnaissance des crimes coloniaux. « Nous aurions souhaité que M. Hollande aille plus loin. Les équilibres internes dans l’Etat français ne lui ont pas permis d’évoquer des excuses dans un avenir proche », a-t-il précisé.

La rédaction avec AFP