Au moment où l’Algérie est frappée de plein fouet par une crise financière, les députés algériens formulent des revendications fantaisistes. Preuve en est, le député d’obédience islamiste Mohamed Daoui vient d’adresser une lettre au ministère des affaires religieuses où il lui demande solennellement de reconnaître les « exorcistes » en leur accordant un statut certifié par la loi. 

D’après la correspondance, datant du 04 mai dernier, adressée par ce député de la wilaya d’Ouargla au ministre des Affaires Religieuses, de nombreux citoyens victimes « de sorcellerie et des djinns » ne peuvent guère « justifier légalement » leur maladie car ils ne peuvent fournir aucun document démontrant qu’ils sont « souffrants ». Partant de ce constat, ce député réclame à ce que les autorités légifèrent pour réglementer en quelque sorte l’activité de la « Roqia Charia » afin que les « exorcistes qui soignent les citoyens algériens » puissent bénéficier d’un statut juridique clair et légal qui leur permettra de donner aux « patients des prescriptions ».

La requête du député islamiste n’a pas manqué de susciter le buzz sur les réseaux sociaux en Algérie où les internautes ont tourné en dérision les arguments du député Mohamed Daoui.

Document