L’ancien Premier ministre Dominique de Villepin a estimé dimanche qu’il existait un « risque révolutionnaire en France« .

« Il est urgent de passer à la vitesse supérieure en ce qui concerne les mesures sociales » et de « renouer avec un dialogue beaucoup plus développé avec les partenaires sociaux » si nous voulons éviter des « comportements collectifs que nous ne parviendrions pas à maîtriser« , a-t-il jugé lors du Grand rendez-vous Europe 1/Le Parisien/Aujourd’hui en France.

« Personne ne peut accepter » les « formes de violence » mais « si on veut apporter des réponses justes à ces situations, on est bien obligé de partir de cette inquiétude et de ce désespoir » qui s’expriment actuellement, a-t-il ajouté, appelant à « faire davantage » dans « un esprit large de consensus et de rassemblement« .

AP

Article précédentLa décennie noire a fait 40.000 enfants orphelins de père
Article suivantAllocution du président Bouteflika à l'occasion de la cérémonie d'investiture