C’est l’homme d’affaires Isaad Rebrab qui a brisé en premier lieu le silence.  Le patron de Cevital, le premier groupe privé en Algérie, a accusé, en mai dernier, ouvertement les autorités de bloquer le projet de construction d’un port à Cap Djinet pour « des considérations régionalistes » ! L’homme d’affaires affirme sans aucune gêne  que « des problèmes de régionalisme sont derrière son blocage ». Et pourtant, ce projet stratégique pourrait créer un million d’emplois grâce à l’ensemble des activités de ce complexe qui permettra d’enclencher une dynamique économique qui profitera à de nombreuses PME.  Néanmoins, ce complexe se situe en Kabylie et cela a fortement dérangé nos décideurs. C’est du moins ce que le célèbre homme d’affaires, originaire lui-aussi de Kabylie, a laissé entendre pour expliquer le refus du conseil national de l’investissement à accompagner ce grand projet.  L’économie Algérienne est-elle donc régie par des desseins régionalistes ? Pour Mahmoud Bey, économiste et  enseignant  à l’université de Blida, c’est une réalité amère à laquelle les Algériens sont exposés au quotidien. Notre interlocuteur en veut pour preuve la concentration de l’activité économique uniquement dans quelques wilayas à travers le pays alors que d’autres régions n’ont presque jamais bénéficié des projets investissements lancés par les pouvoirs publics.

10 wilayas privilégiées et les autres abandonnées à leur sort

« Pourquoi la quasi-totalité des entités économiques sont concentrées dans la région nord-centre du pays ? », s’interroge encore Mahmoud. En effet, des données du recensement économique (RE) ont démontré au mois d’août dernier que les deux tiers des entités économiques, composées d’entreprises publiques et privées, sont implantées dans 10 wilayas. « Les autres régions du pays sont dépourvues d’infrastructures économiques et aucune solution n’a été mise en place pour absorber le chômage. Si cela n’est pas du régionalisme, de quoi peut-on  le qualifier ?», poursuit Mahmoud. Le régionalisme, à Ouargla, les chômeurs le maudissent chaque jour. Dans cette wilaya où surgit le pétrole, l’or noir qui fait la richesse de l’Algérie,  il ne se passe pas un jour sans qu’on ne déclenche pas des émeutes pour protester contre la discrimination à l’embauche. « A Hassi Messaoud, la Sonatrach comme les multinationales qui exploitent les gisements de pétrole de notre région ne recrutent presque jamais les chômeurs d’Ouargla. Même pour des postes d’emplois qui ne demandent aucune qualification, on part chercher des travailleurs au nord du pays alors que nous, nous crevons dans la misère ici», dénonce Tahar Belabbes,  porte-parole du comité national de défense des droits des chômeurs. Tahar et ses amis militants se battent ainsi depuis des années contre la discrimination dont ils se disent victimes.

Une politique économique aux relents régionalistes

Des rassemblements, des sit-in, des manifestants de rues, tout a été entrepris par ces chômeurs d’Ouargla pour défendre leur cause et dénoncer une politique économique aux « relents régionalistes », s’indignent-ils.  Cette indignation est aujourd’hui partagée un peu partout à travers le pays. Même à Bejaïa, petite Kabylie, où une importante activité industrielle est implantée, on dénonce un « régionalisme inacceptable »  dans la conduite des affaires économiques. « Comparez notre région à celle de Sétif qui a bénéficié d’un fort investissement public. Notre wilaya n’est même pas reliée à l’autoroute est-ouest alors que de nombreuses unités de productions sont installées chez nous »,  maugrée Zoheir S., un entrepreneur de la région, qui s’élève contre « le régionalisme économique ». Celui-ci, selon Zoheir, créé de fortes disparitions régionales et nuit à la fin aux performances de l’économie nationale. « Le jour où on procèdera  à une équitable répartition des crédits budgétaires et on traitera sur le même pied d’égalité toutes les wilayas, on pourra parler d’un réel développement économique», décrète en dernier lieu cet entrepreneur désenchanté.

Lire la suite du Dossier Régionalisme :

Dossier : Le régionalisme pour contrôler la société ?

Dossier régionalisme : l’Algérie victime de ses divisions

« Non ma fille, tu n’épouseras jamais un Arabe ! »

Article précédentDes moutons « drogués » pour l’aïd des Algériens
Article suivantDossier : Le régionalisme pour contrôler la société ?