DRS Vs Présidence : Bouteflika sort de son silence et fait des révélations

0
Advertisement

Abdelaziz Bouteflika sort enfin de son silence et s’exrpime sur cette guerre de clans qui enflamme la scène politique en Algérie et créé d’énormes divisions au sommet de l’Etat Algérien. 

Dans un message écrit et adressé aux Algériens, et diffusé en ce moment par la télévision publique nationale,  Abdelaziz Bouteflika a révélé qu’il a procédé aux récentes restructurations au sein des services secrets le DRS en s’appuyant sur ses prérogatives présidentielles que lui confrère la constitution algérienne. D’autre part, il affirme qu’il a demandé officiellement au général Mohamed Mediène, alias Toufik, de poursuivre sa mission à la tête du DRS conformément aux articles de la Constitution qui permettent au Chef de l’Etat de prendre une telle décision. Pour la première fois, Abdelaziz Bouteflika assume publiquement les changements qu’il a imposé au DRS au cours des derniers mois. Pour la première fois, il en parle ouvertement et met en exergue la loi qui lui attribue les droits d’exiger des restructurations au sein des services secrets, jusque là intouchables par les institutions politiques de l’Etat Algérien.

Bouteflika a fait savoir également qu’il n’y a aucune guerre qui oppose l’Etat-Major de l’armée algérienne au DRS. Il a crié au scandale en assurant que cette information vise à semer la zizanie au sein de l’armée algérienne et à créer une division pour déstabiliser l’Algérie. Le Chef de l’Etat a assuré aussi que le DRS est régi par les textes de la loi et il ne pourrait jamais dépasser ses prérogatives ou violer une quelconque réglementation en vigueur. Abdelaziz Bouteflika a mis en garde en dernier lieu contre le « complot » que certaines parties, qu’il n’a pas nommé, du moins dans les extraits de son message qui ont été diffusés, sont en train de dresser contre les institutions militaires et sécuritaires de l’Etat Algérien.

Article précédentAlgérie : Après 4 semaines de grève les enseignants reprennent le travail
Article suivantAbdelaziz Rahabi : Abdelaziz Bouteflika ne peut pas se représenter, « il n’en a pas la capacité »