Après la Coordination des syndicats de l’Education, c’est autour du Cnapest (Coordination nationale des professeurs de l’enseignement secondaire et technique) de se mettre à l’heure de la grève. L’organisation que préside Larbi Nouar a décidé d’enclencher une grève générale dans les lycées à partir du 16 février courant. C’est ce qu’annonce un communiqué de cette organisation rendu public ce dimanche 1er février 2015.

Le Cnapest justifie sa décision par des revendications socioprofessionnelles, parmi lesquelles la revalorisation de certaines primes, mais également la généralisation du statut des enseignants à d’autres catégories et régions.

Avant le Cnapest, une coordination de syndicats autonomes a prévu une autre grève pour le 11 de ce mois de février. Ces syndicats revendiquent pratiquement la même chose que le Cnapest. Mais les agendas diffèrent. Ils tiennent d’ailleurs, demain, une conférence de presse pour annoncer les actions à venir.

Face à cette situation, le ministère de l’Education réplique. Dans un communiqué rendu public, le département de l’Education nationale rappelle qu’ « une grève doit être précédée d’une réunion de conciliation » et « rappelle sa disponibilité au dialogue et qu’il reste disposé à recevoir les syndicats individuellement pour étudier les revendications ». Le grand perdant dans ce nouveau bras de fer reste toujours l’élève.

 E. Wakli

Article précédentDu faux Viagra pour des faux dirigeants Par Abdou Semmar
Article suivantAlgérie : Quand l’AADL vole la vedette aux voitures neuves