Ce n’est pas seulement les diplômés des ENS (Ecoles normales supérieures), des écoles spécialisés dans la formation d’enseignants des différents paliers de l’éducation, qui seront concernés par le concours de recrutement de 15.000 personnes, prévu au mois de mars de l’année prochaine, mais tous les porteurs de licences (LMD) de l’université algérienne. C’est ce qu’a affirmé, mardi, au forum du quotidien « El Moudjahid » le Ministre le l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki.

Ce dernier a tenu à préciser que les propos de la Ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, tenus il y a quelques jours et compris comme étant un refus de faire accéder au statut d’enseignants ceux qui ne sont pas diplômés des ENS, ont été « mal interprétés ». Il faut savoir que l’école algérienne connaît un déficit énorme en enseignants.

Pour l’année scolaire 2015-2016, la tutelle va recruter environ 15.000 enseignants. Pour rappel, au mois d’avril dernier, un concours pour le recrutement de 24.000 enseignants a été organisé. Depuis, plusieurs directions wilayales de l’Education ont remis des rapports à la Ministre pour signaler les « lacunes » des nouveaux enseignants. D’où les propos de Benghebrit qui avait fait remarquer qu’il faudrait des diplômés formés en la matière. En d’autres termes, ceux des ENS puisqu’ils disposent d’une formation en pédagogie. Mohamed Mebarki a indiqué que les besoins du secteur de l’Education sont de l’ordre de 24.000 enseignants par an, alors que les ENS ne forment que 3.000 diplômés par an. Entre temps, les nouveaux enseignants devront suivre de cycles de formations courtes pour recevoir les basiques de l’enseignement.

Elyas Nour