Deux quotidiens nationaux des plus populaires en Algérie paraitront désormais les vendredi. Une nouveauté pour la presse écrite locale peu habituée jusque-là à sortir les weekend. Et il y en aura pour tous les goûts , car les deux langues (française et arabe) seront représentées avec la sortie simultanément du journal El Watan (quotidien francophone) et celle d’El khabar (quotidien arabophone) à partir du 20 mars.

elwatane_vendredi_2 Concernant le contenu, El Watan a privilégié une édition plutôt légère pour ce premier numéro. Un édition largement attentive aux sujets de société avec une grande partie consacrée à la culture, à l’art culinaire, au sport et à la famille. Des astuces sur les bouquets de télévisions accessibles en Algérie , ainsi que des idées de sorties en plein air y sont proposées, comme pour rester dans l’ambiance du weekend.

Cette édition de 24 pages en couleurs est élaborée en partie par le chroniqueur Chawki Amari. Une empreinte de qualité dont le journal semble vouloir faire sa marque de fabrique pour cette publication du week-end.

El khabar en revanche a préféré aborder d’emblée un dossier aussi sensible que la situation des urgences dans les hôpitaux d’Alger. Dans la continuité de ce qui se fait en semaine, il a préféré préserver la même maquette que celle dont les algériens sont fans.

Des sujets de proximité ont été choisis par les deux journaux, et qui touchent directement les algériens à l’image de la violence dans les stades et de la musique raï…

Résultat de cette première expérience, les lecteurs ont répondu présents.

El khabar sous sa nouvelle mouture a fait un carton en arrivant à écouler, selon certains buralistes, jusqu’à 99% de leur édition, quant à El Watan, les chiffres tourneraient autour des 60% de vente.

Des résultats qui augurent de beaux jours pour ces deux initiateurs et qui présagent une évolution remarquée de la presse écrite en Algérie.

Kh_Louna pour Algérie Focus

Article précédentLutte contre le racisme. Les "Y'a bon awards" décernés
Article suivantL’Algérie face à la crise mondiale. Interview du docteur Abderrhamane MEBTOUL