C’est un véritable pavé dans la mare ! L’Algérie figure parmi les premiers pays dans le monde qui partagent les données personnelles de ses citoyens avec les services de renseignement des Etats-Unis. A cet effet, Amnesty international vient de rendre public une enquête menée en collaboration avec l’ONG Privacy International qui milite pour la défense des droits de l’homme, en particulier contre la violation de la vie privée par les gouvernements. 

Cette enquête a identifié les pays qui collaborent avec la NSA, l’agence de la sécurité nationale américaine et le groupe des « Five Eyes », un groupe de pays constitué du Royaume-Uni, des États-Unis, du Canada, de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie, en leur fournissant des données privées sur leurs citoyens. Sur son site Internet, Amnesty International explique que l’Algérie,  avec l’Ethiopie et la Tunisie, fait partie des trois seuls pays africains qui partagent les données personnelles de leurs citoyens avec les Etats-Unis ! Amnesty International a même publié une carte interactive pour expliquer les rouages de ce vaste réseau de surveillance mondial qui « échange librement des communications interceptées ».

« Deux ans après qu’Edward Snowden a révélé l’ampleur de la surveillance de masse exercée par certains gouvernements, nous utilisons les documents qu’il a divulgués pour montrer comment certains pays partagent secrètement vos données personnelles », détaille encore l’enquête. Il est à souligner enfin que les données partagées par les autorités algériennes avec la NSA sont « des renseignements personnels, des données à caractère privé et des contenus de communications téléphoniques privées ou par internet », indique encore cette enquête qui s’est appuyée sur les documents révélés par Edward Snowden, l’ancien agent de la NSA. Face à ces graves révélations, les autorités algériennes n’ont fourni aucune explication. Elles se murent dans un silence de carpe. Il est à rappeler que la Constitution de notre pays insiste et défend la protection de la vie privée des Algériens. Preuve en est, l’article 39 de notre Constitution précise que « La vie privée et l’honneur du citoyen sont inviolables et protégés par la loi ». L’Etat algérien vient de violer la loi qu’il est censé être le premier à faire respecter…