Ferhat Mehenni, le leader du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), n’a pas tardé à réagir aux propos d’Ahmed Ouyahia, chef de cabinet de la Présidence de la République, qui l’avait accusé d’avoir vendu son pays « chez les Juifs ».

Selon Ferhat Mehenni, Ahmed Ouyahia est un « traître » qui va subir les foudres du Président Bouteflika dans la foulée de la purge lancée après le départ du général Toufik. Pour Mehenni, Ouyahia est coupable « d’acte de trahison » envers « son propre clan, celui du DRS dont il est devenu le dernier des Mohicans après la chute de Toufik ».

« Les observateurs du paysage politique algérien ont remarqué que tous les généraux qui ont été mis à l’écart ces derniers temps, de Djebbar à Ait Ouarabi, de Ben Hadid à Bendaoud, de Toufik à Touati… (sans compter les officiers d’un moindre rang) ont tous des origines kabyle. Comment peut-il encore croire qu’en tant que Kabyle, il ne subira pas le même sort que ses frères ? », s’interroge le leader du MAK dans un communiqué rendu public samedi. « Maintenant qu’il est en disgrâce, il tente désespérément de séduire ceux-là qu’il contrait, les Bouteflika, qui vont le jeter en pâture à qui voudrait s’en délecter.Le RND lui sera retiré pour la troisième et dernière fois », prophétise Ferhat Mehenni. Il est à souligner, enfin, que la lecture régionaliste de Ferhat Mehenni concernant la restructuration du DRS n »est passée inaperçue. De nombreux commentateurs algériens ont dénoncé sur les réseaux sociaux les discriminations, basées sur des considérations éthno-régionalistes, formulées dans l’analyse politique de Ferhat Mehenni.

Nourhane S. 

Article précédentIndustrie mécanique/ Des firmes chinoises souhaitent s’implanter en Algérie
Article suivantUn ministre algérien maltraité et fouillé par des policiers français/Hamid Grine humilié à l’aéroport de Paris