Le pays continuera à puiser dans ses réserves de changes qui baisseront encore durant l’année prochaine. C’est ce qu’a affirmé, aujourd’hui, le ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa, lors de  sa présentation du projet de Loi de finance 2016 (PLF 2016) devant l’Assemblée populaire nationale (APN).

Ces réserves seront, indique-t-il, de 151 milliards de dollars à la fin de l’année en cours et de 121 milliards de dollars fin 2016. En d’autres termes, le gouvernement prévoit d’en consommer pas moins de 30 milliards de dollars l’année prochaine, ce qui signifie que les recettes de 2016 ne seront pas à même de couvrir les dépenses publiques.

Pour rappel, les réserves de change ont atteint les 193,3 milliards de dollars à fin juin 2014, pour baisser fin juin 2015, à 159,03 milliards. En somme, avec la chute continue des prix du baril, l’Etat est entrain de consommer près de 30 milliards de dollars de ses réserves par an.

Le ministre a tenté de rassurer les Algériens en affirmant que le niveau de 121 milliards de dollars (pour fin 2016) reste important, puisque « cela équivaut à 23 mois d’importation ».

Mais, au train où vont les choses, si, comme le prévoient les spécialistes, les prix du baril continuent à baisser, l’Algérie va consommer toutes ses réserves d’ici cinq années (2020).

Elyas Nour