Lorsqu’il nous avait accordé un entretien depuis Montevideo il y a quelques semaines, Oscar Washington Tabarez nous avait appris que même si ses chances d’aller au Mondial n’étaient pas grandes, son équipe restait sur un record inédit : «Nous n’avons plus perdu à l’extérieur depuis novembre 2006 et nous comptons conserver cette invincibilité. Nous sommes allés en Australie, en Corée, au Japon, en Colombie, au Venezuela, en France et nous avons réussi à nous en sortir. Nous viendrons donc à Alger pour gagner et rester sur cette dynamique de bons résultats à l’extérieur», nous disait le sélectionneur uruguayen.

Il a fallu que la Céleste vienne à Alger pour voir ses 33 mois d’invincibilité prendre fin face à une équipe algérienne pleine d’assurance après ses débuts extraordinaires en éliminatoires de la Coupe du monde. A la fin du match, le même Tabarez cachait mal sa déception : «Vous savez, j’aurais aimé rester encore invincible, ç’aurait été bon pour le moral des joueurs. Mais pour nous, le plus important, c’est le match de Lima en septembre. Et puis, nous nous sommes procurés les meilleures occasions du match», a-t-il lâché sans doute déçu qu’après presque trois ans de solidité à l’extérieur, son équipe est tombée là où on s’y attendait le moins par la faute d’un tir rageur de Rafik Djebbour qui n’a laissé aucune chance au gardien de but de la Céleste. Sportif, Tabarez terminera son intervention par un souhait : «J’aimerais rencontrer l’Algérie en Coupe du monde, car après ce que j’ai vu aujourd’hui, l’Egypte ne pourra pas vous barrer la route de l’Afrique du Sud.»

M. S.
(Le buteur)