L’ITN (International Talents Network), un cabinet de conseil en recrutement et formation à l’international organise le 15 novembre prochain à Lyon à l’espace Tête d’Or un forum dédié à l’emploi. Une belle opportunité pour les jeunes algériens de France.

Ce forum a vocation à faire se rencontrer les entreprises nationales algériennes et les Algériens formés ou ayant travaillé à l’étranger.
A cette occasion, les jeunes algériens diplômés de l’enseignement supérieur français (Bac+2 à  Bac+8) ceux en poste en France sont invités à découvrir les opportunités d’emploi en Algérie.
Dans un contexte actuel de crise et de chômage record (principalement chez les jeunes diplômés) en Europe et notamment en France, l’Algérie est une aubaine pour les jeunes algériens ayant été formés à l’étranger. Avec un taux de croissance annuelle de 2,5%, le marché algérien est un marché particulièrement attractif et un nombre croissants d’investisseurs étranger visent à s’y installer.
Grâce à ce contexte économique avantageux, de grandes entreprises algériennes recherchent des candidats formés à l’étranger et possédant une double culture leur permettant de s’adapter plus facilement au contexte particulier de l’Algérie, pays en pleine modernisation.
Un nombre important de jeunes (on en comptabilise plus de 20 000) ont choisi de partir étudier à l’étranger. Afin de récolter les fruits de cet investissement, tant financier et humain, le forum « spécial Algérie » contribuera à mettre en relation jeunes et employeurs dans le but de contribuer au développement économique du pays et de faire évoluer la situation professionnelle de ces jeunes qui a malheureusement souvent tendance à stagner.
La France étant une terre d’accueil et de formation pour 90% des étudiants algériens, ce forum à Lyon est l’occasion rêvée pour beaucoup d’entre eux de se confronter au marché de l’emploi en Algérie et d’ouvrir leurs perspectives dans le but d’un éventuel retour au pays en décrochant un emploi stable et sécurisant.
C’est une réelle opportunité qui s’ouvre à aux jeunes en fin de cursus, diplômés ou aux profils expérimentés qui rencontrent des difficultés liées à l’absence d’offres pertinentes en matière d’emplois en France.

Article précédentFabius optimiste la veille de son voyage à Alger
Article suivantLamamra : « La région a besoin que la décolonisation du Sahara occidental s’accomplisse »