Gaz de schiste : Sonatrach est sur le point de forer quatre puits d’exploitation

0
Advertisement

L’exploitation de gaz de schiste va connaître un coup d’accélérateur. Sonatrach envisage de passer à l’étape du forage et a déjà désigné les lieux d’exploitation qui se situent dans les bassins d’Ahnet et Illizi. 

Le ministre de l’énergie et des mines Youcef Yousfi expliquait récemment que rien n’avait encore été entrepris dans l’exploitation du gaz de schiste, ce n’est plus le cas. Sonatrach a déjà défini ses objectifs d’exploration et annonce qu’elle va forer cette année quatre puits d’exploration du gaz de schiste dans les bassins d’Ahnet, qui avait déjà été foré en 2012 et Illizi, après l’autorisation accordée par le Conseil des ministres au groupe pétrolier public de mener un programme de forage de 11 puits étalés sur 7 à 13 ans, rapporte l’APS. En dépit de l’importante contestation à l’égard de cette politique énergétique, le gouvernement maintient ses projets, estimant que l’Algérie devra inéluctablement se tourner vers le gaz de schiste.

En revanche rien n’a encore été indiqué sur le choix d’un éventuel partenaire pour exploiter le gaz de schiste que l’Algérie possède en grande quantité.  Les premiers contrats d’exploitation devraient être signés en octobre 2014, après l’issue des appels d’offres qui seront lancés entre le 4 septembre 2014 le 2 octobre 2014 à Alger. D’où l’importance de lancer ces forages le plus tôt possible. Sonatrach compte, en effet, forer 117 puits en effort propre en 2014, dont quatre puits pour la recherche et l’exploration du gaz de schiste, rappelle l’APS. Le tout premier forage effectué par l’Algérie date de 2012, année où Sonatrach avait fait un forage de schiste test à Ahnet. Au total l’Algérie compte également des bassins de gaz de schiste à Mouydir, Berkine-Ghadames, Timimoun, Reggane et de Tindouf.

La rédaction avec APS

Article précédentTariq Ramdan aux joueurs algériens : « Vous nous avez donné de belles leçons, sportives autant que spirituelles et morales »
Article suivantEtude. Pourquoi les internautes n’aiment pas Alger ?