Le contenu du Web algérien est encore pauvre et dérisoire. C’est le constat qui a été dressé par les représentants de Google venus de France pour participer à  l’évènement  « Google Extended Day » organisé à l’Ecole Supérieure d’Informatique (ESI).  

Pour la première fois que Google s’est invité à Alger, la franchise et la sincérité ont été au rendez-vous. Jalil Chikhi et Djamil Bouabane, tous les deux employés à Google France, ont incité les étudiants de l’ESI, les chefs d’entreprises, des webmasters, des journalistes web et des publicitaires spécialisés en webmarketing de multiplier leurs efforts pour développer le web algérien dont le potentiel n’est pas encore exploité comme il le faut.

Lors des sessions de formation mises en place pour expliquer les différents produits et services que propose Google, Jalil Chikhi et Djamil Bouabane ont expliqué que le web peut davantage contribuer à la création de la richesse en Algérie. Mais pour cela, il faudra développer des sites intéressants avec des contenus à très forte valeur ajoutée et ce afin d’attirer des annonceurs et des investisseurs. « A vous les Algériens de développer votre web. C’est à cette seule condition que Google va s’intéresser sérieusement à l’Algérie pour venir y investir », ont résumé les deux employés de Google France.

Abdou S.  

Article précédentL’Union Européenne demande à l’Algérie de développer ses institutions politiques
Article suivantLe leasing, une attractivité à préserver