Pour rattraper le retard accusé dans l’avancement des travaux de la Grande mosquée d’Alger, débutées en 2012, pas moins de 1600 ouvriers ont été recrutés depuis janvier dernier. Grâce à cette main-d’oeuvre qualifiée, les travaux semblent aller, selon les premiers responsables du secteur, bon train puisque les travaux du gros œuvre sont actuellement à plus de 54%.

Lors d’une visite d’inspection au projet à El Mohammedia (est d’Alger) en compagnie du ministre des affaires religieuses et des Waqfs, Mohamed Aissa, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Abdelmadjid Tebboune n’a pas dissimulé sa satisfaction en constant que le projet avance progressivement, mais sûrement puisqu’il a annoncé que l’avancement des travaux du gros œuvre de la Grande mosquée d’Alger était à 54% rappelant que la réception du projet était prévue pour septembre 2016. Il est à Souligner que les travaux consacrés au projet de la Grande mosquée d’Alger étaient, il y a de cela quelques mois seulement à 18%. Aujourd’hui, le ministre s’est félicité de l’état d’avancement des travaux évalué à 54%. Il a signalé, à ce propos, que le mérite revient au recrutement de la bonne main-d’œuvre qualifiée puisque le nombre des travailleurs est passé de près de 1.000 travailleurs en janvier à 1.600 travailleurs en mars dernier.


Mettant l’accent sur l’étendue et l’importance de ce projet dans l’histoire de l’Algérie et le monde musulman, M. Mohamed Aïssa a affirmé qu’une commission mixte (regroupant les ministères des Affaires religieuses et de l’Habitat) se réunira en fin de semaine pour choisir les versets coraniques, les hadiths et les sculptures qui orneront l’édifice. Il a ajouté que cette mosquée de référence sera encadrée par des érudits et des religieux sélectionnés avec soin. Il est à rappeler que ce projet s’étend sur plus de 20 hectares et compte une salle de prière d’une superficie de 20.000 M2, une esplanade et un minaret d’une hauteur de 270 m, outre une bibliothèque, un centre culturel, une maison du Coran, des jardins, un parking, des bâtiments de l’administration, de la protection civile et de la sécurité ainsi que des espaces réservés à la restauration.

Nourhane S.