Le ministère de l’Education nationale, en collaboration avec le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, a mis en place un «plan d’actions opérationnelles» en cas de fermeture des établissements scolaires pour cause de pandémie de grippe A (H1N1), a annoncé dimanche le ministre de l’Education nationale, Boubekeur Benbouzid. M. Benbouzid, qui s’exprimait à l’occasion d’une conférence nationale des directeurs de wilaya de l’Education, a indiqué que ce plan s’articule en deux phases: une première préventive et de sensibilisation au profit des élèves, et une la seconde consistant en des mesures opérationnelles en cas de pandémie de la grippe A (H1N1), et ce, en collaboration avec les autorités sanitaires. Le ministre a fait savoir que le premier cours inaugural de la rentrée scolaire, le 13 septembre, sera consacré à la sensibilisation des élèves sur la pandémie de grippe A et les mesures sanitaires et les règles d’hygiène à observer.

Il a précisé que le plan comporte plusieurs mesures notamment l’organisation, depuis jeudi 3 septembre, d’un stand d’exposition d’affiches, dépliants, prospectus au profit des inspecteurs de l’Education à l’INFPE (Institut national de formation des professeurs de l’éducation) d’El Harrach. Il est également prévu la tenue, le 17 septembre, d’un séminaire national de formation des formateurs en coordination avec le ministère de la Santé au profit des médecins de la santé scolaire et des chefs de service des directions de la santé chargées de la santé scolaire, a ajoute M. Benbouzid. Par ailleurs, plus de 8 millions d’élèves rejoindront, dimanche, les bancs de l’école pour la rentrée scolaire 2009-2010, encadrés par 370.259 enseignants pour les trois cycles d’enseignement. Dans son allocution prononcée devant les directeurs de l’Education en prévision de la rentrée scolaire du 13 septembre, M. Benbouzid a indiqué que «17.995 écoles primaires (152.888 salles de cours), 4.853 collèges et 1.825 lycées accueilleront ces élèves».

RN
Avec Le Financier

Article précédentFace à la détérioration du pouvoir d’achat des Algériens, évitons le populisme. Une augmentation du SMIG de 5.000 dinars pour la prochaine tripartie.
Article suivantBouteflika donne ses directives au gouvernement : Un Fonds pour le développement des énergies renouvelables