L’Algérie exporte près de 1,1 million de baril de pétrole et près de 50 millions de tep (tonnes équivalent pétrole) de gaz par jour . Avec la chute des prix du baril, qui se maintiennent à un bas niveau depuis plusieurs semaines déjà, de nombreux spécialistes tablent sur une décision des pays exportateurs de pétrole relative à une baisse de leurs productions afin de faire remonter les prix.

L’Algérie, qui a vu sa production baisser ces dernières années, passant de 2 millions de baril par jour entre 2005 et 2007, sous l’ère Chakib Khellil, à 1,1 de barils actuellement, va augmenter sa production l’année prochaine. «En 2016, il y aura une hausse assez importante de la production et cette hausse s’est déjà faite ressentir avec les résultats obtenus à fin février, où les objectifs de production sont atteints à 100%», a déclaré à l’APS, le PDG de Sonatrach, Amine Mazouzi, ajoutant : «Vers la fin 2016, nous allons certainement dépasser les prévisions».

Cette hausse n’est pas liée à la mise en exploitation de nouveaux gisements, mais à l’optimisation des anciens. «Nous avons donc pu réussir le défi d’optimiser la production à moindre coût», a-t-il encore ajouté.

Notons, par ailleurs, que trois accords seront, selon le premier responsable de la compagnie pétrolière, prochainement signés avec des sociétés étrangères pour la réalisation de trois raffineries à Hassi Messaoud, Biskra et à Tiaret.

Elyas Nour