L’information selon laquelle l’Algérie allait importer des imams de certains pays du Golfe et d’Egypte avait soulevé un tel tollé, notamment sur les réseaux sociaux, où les internautes algériens avaient fustigé une démarche dangereuse, que cela a, apparemment, amené le ministre à effectuer un revirement spectaculaire.

Constatant les dégâts occasionnés par la diffusion de cette information, M. Aïssa a décidé de réagir sur sa page Facebook pour affirmer qu’il n’a jamais été question d’importer des imams de l’étranger.

Il soutient que l’Algérie ne compte pas importer d’imams ni d’Égypte, ni d’Arabie Saoudite, ni du Yémen.  Selon lui, « l’Algérie est fière de son référent national et de ses ulémas et que ce sont les imams algériens qui sont actuellement exportés partout dans le monde, que ce soit en Orient ou en Occident ».

Reprenant une rhétorique classique pour les hommes du pouvoir algérien, il accuse sans les nommer, « des gens de vouloir semer la fitna ». M. Aïssa demande aux activistes dans le domaine religieux de ne pas se livrer aux déclarations médiatiques au risque de proférer des approximations.

M.M.

Article précédentSanté/ Près de deux millions d’Algériens atteints de diabète
Article suivantVidéo. Suite à une fatwa favorable à Israël/ Le grand mufti d’Arabie saoudite invité à Tel-Aviv